Cinéma / Le Nom de la Rose : d’un temps l’autre …

Vacances obligent, c’est le moment pour les chaînes de télé de nous ressortir des œuvres 100 fois diffusées. On les revoit d’un air débonnaire, l’été et la chaleur aidant à la nonchalance et au laisser faire. Passivité que la programmation du film Le Nom de la Rose sur W9 vient annuler tout du long de ses 2 heures.

Il faut avouer que ce film tourné en 1986 a su durablement marquer les esprits comme une œuvre hors pairs. Et pour cause. Adaptée du non moins célèbre roman d’Umberto Ecco (plusieurs fois rappelé dans le film de façon détournée dixit l’allusion à l’auteur Umberto de Bologne, ville du romancier), Le Nom de la Rose est filmé par un autre géant à savoir Jean Jacques Annaud.

Forcément la qualité s’en ressent, et il semblerait que la trame dessinée par Ecco ait su orienter la caméra d’Annaud avec une grande justesse. Si de prime abord c’est l’intrigue policière, cette course au meurtrier, une enquête haletante qui occupe tout le terrain, ce serait méjuger du réalisateur de La guerre du feu que de penser qu’il s’en est contenté.

Car en cherchant sans pitié les auteurs de ces meurtres effroyables, Guillaume de Baskerville et son jeune disciple Azzo incarnent la raison en passe de s’affirmer à la Renaissance toute proche. Renaissance dont on sent les fondations s’établir dans les consciences : la dispute entre les franciscains et les ambassadeurs du Pape sur la pauvreté de l’église annonce le schisme protestant, l’argument de Baskerville  « Le rire est le propre de l’homme » est celui de Rabelais, la Vierge à l’enfant devant laquelle Azzo prie est taillée dans le plus pur style Renaissance.

C’est donc un film sur la mutation lente mais assurée des esprits que Le Nom de la rose, un film également sur le combat entre l’obscurantisme et la raison, la raison et le bon sens triomphant au final, s’extirpant des flammes du bûcher pour aller vers la Lumière du progrès. Malgré le fanatisme, malgré la violence et la destruction. Ce n’est pas un hasard si l’autodafé humain coïncide avec l’incendie de la bibliothèque : c’est ici le Moyen Age qui part en cendres, pour ensemencer les temps Modernes.

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.