Chat en poche -Feydeau  : « il y a un bouchon dans la colonne ! »

Puisqu’on en est à lister les concerts/expos/livres en ligne, faisons un petit tour sur la chaîne Youtube de l’INA dédiée à ce monument de notre culture que fut Au Théâtre ce soir. Ah, période bénie que ces années où les télévisions programmaient du théâtre de boulevard à l’envi ! L’occasion de voir papillonner Jacqueline Maillan, Claude Gensac, Michel Roux, Jacques Balutin, Jean-Pierre Mondy, Georges Beller, d’autres encore qui firent la gloire de ce genre bien à nous, digne héritage du vaudeville à la Feydeau. Feydeau justement, dignement représenté avec Chat en poche.

Un quiproquo de salon comme seul l’auteur de Tailleur pour dames et Le Fil à la patte peut en inventer, avec son comptant de situations cocasses et de jeux de mots graveleux plus un regard particulièrement satirique sur la bourgeoisie française bête et méchante de la fin du XIXeme siècle. Au cœur de cette histoire, Pacarel, riche négociant qui veut monter l’opéra de sa rejetonne au palais Garnier. Pour ce faire, il a adressé un courrier à Dufausset, un vieil ami bordelais, pour qu’il lui envoie un ténor de renom.

Objectif : engager le dit chanteur puis le refiler à l’Opéra de Paris avec l’obligation de jouer la version de Faust signée de sa chère petite Julie. L’artiste enfin déboule dans le salon des Pacarel … sauf que c’est en fin de compte le fils Dufausset venu faire ses études dans la capitale, qu’il chante comme une armada de casseroles, qu’il en pince pour Mme Pacarel croisée dans un omnibus en venant, et qu’il prend pour Mme Landernau, collocataire bien en chair des Pacarel avec son époux médecin.

Un sac de nœuds typique de la démesure à la Feydeau, qui va en rajouter à chaque scène, avec à la clé une chasse aux hannetons, un rayage de mari, un bouchon dans la colonne Vendôme, des jarretières et plusieurs autres facéties qui conforment son statut d’auteur aussi barré qu’irrésistible. Autant dire que vous allez vous étouffer de rire plus d’une fois, d’autant que la mise en scène est signée Jean-Laurent Cochet (un spécialiste), qui donne la réplique avec bonheur à Thierry Le Lurron, Yvone Gaudeau, Alain Feydeau, Micheline Luccioni …

Tout ce petit monde s’amuse sur scène avec une jubilation évidente et communicative, mise en valeur par une direction déjantée, avec les incontournables décors de Roger Harth et les costumes de Donald Cardwell ! Vous ne saviez pas quoi regarder ce soir ? Vous avez besoin de vous vider les méninges, de rire un bon coup ? Vous savez désormais quoi faire ! Abusez-en, il n’y a pas de mal à se faire du bien, surtout quand c’est gratuit, de qualité et un parfait exemple de comédie à la française !

Et plus si affinités

https://www.youtube.com/watch?v=ATOCOfalIUg