Capitaine Thomas Sankara : histoire d’un homme intègre

12196299_903055759788557_6313215027316888442_n

Burkina Faso veut dire « pays des hommes intègres » ; losrqu’en 1984 il choisit cette expression pour rebaptiser la jeune et très convoitée Haute Volta, le président Sankara inscrit verbalement son projet de société au fronton même du pays. Pendant quatre ans, il va mettre ce programme en application, sortant ces contrées de la misère, transformant les mentalités, prenant la parole au nom des opprimés de la planète. Véritable figure de proue d’une révolution de fond, il périt assassiné de façon mystérieuse.en 1987. C’est ce parcours hors du commun que le cinéaste suisse Christophe Cupelin retrace dans un documentaire intense et sidérant.

On reste béat devant la modernité du discours, la volonté inflexible de cet homme d’une empathie rare, son énergie, sa détermination, sa culture, son intelligence … Jeune certes, mais motivé et enthousiaste, Sankara s’impose non comme un leader ou un guide mais comme un moteur, un motivateur. Chef de chantier d’un pays en plein devenir, sa logique, son analyse, son plan d’action, sa méthodologie sont autant de gifles lancées à la face des gouvernants de la planète, et il convient d’écouter son discours d’urgence.

575129

En effet c’est sans moyen et en toute autonomie qu’il orchestre l’organisation de cet état naissant, avec comme priorité la lutte contre la corruption et la famine, la recherche de l’indépendance alimentaire, l’accès au logement, à l’éducation, à la culture, au sport, l’égalité des hommes et des femmes, …Et il y parvient tout en amorçant l’union des pays d’Afrique désireux de sortir du joug des puissance occidentale qui dépècent le continent. S’érigeant contre l’impérialisme et le néo colonialisme, il parcourt la planète, rencontre ses homologues, les secoue à l’occasion, intervient à l’ONU, sans jamais se ranger dans le camp d’un allié ou d’un autre, disant leurs quatre vérités aux gouvernants.

Capitaine-Thomas-Sankara3

Critique, il n’en est pas moins compréhensible, innovant, proche, plein d’humour, de fantaisie, musicien à ses heures, cultivé mais jamais pédant, … un soldat donc mais éduqué, qui prône par exemple qu’un militaire sans formation politique est un meurtrier en puissance. Avec finesse et bon sens, le portrait dressé par Cupelin réussit à exposer ce portrait à facettes multiples sans en écorner un seul visage, tout en restituant l’étonnante vigueur de cet infatigable coureur de fond, passionné de vélo et qui aborde la fonction présidentielle comme une épreuve de marathon. On apprécie le choix des séquences, les extraits sélectionnés dans l’abondance de documents récemment mis à disposition. Car rappelons-le, tout fut fait, après l’assassinat de Sankara, pour assombrir sa mémoire, effacer ses traces.

capitaine-thomas-sankara-passionnant-portrait-L-7ghQf8

Mais on ne fait pas taire ce genre de personne, et du fond de la tombe, il ne cesse de rayonner, véritable légende qui s’invite actuellement au coeur même des élections du prochain président burkinabé après deux décennies de « règne » de Compaore, ami de Sankara et son « successeur » (ou son meurtrier selon les rumeurs persistantes). Liquidé sur ordre de son meilleur ami, de son confident, de son bras droit, de celui qui l’avait porté au pouvoir ? D’un seul coup, le destin frappe, shakespearien, tragédie de la trahison abjecte, et Sankara, sacrifié à l’image d’un Che Guevara, est sanctifié, mythifié. Un héros moderne donc, dont la parole et les actes pourraient bien servir d’exemple à ceux qui vont en découvrir la réalité, la profondeur et la sincérité.

Capitaine-Thomas-Sankara4

Et plus si affinités

http://www.capitainethomassankara.net/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.