Buly … Transports et ravissements

Du raffiné, du mythique et de l’authentique. Voilà ce que vous trouverez en passant la porte de l’Officine universelle Buly, située au 6 rue Bonarparte dans le 6e arrondissement de Paris.  Loin des boutiques de cosmétiques modernes, vous pénétrez ici dans une maison de soins, un « comptoir universel des secrets de l’histoire de la beauté ».

5_officine_buly_jpg_1810_north_700x_white
Photo Alexandre Guirkinger

Dans un instant suspendu, embrumé, perdez-vous à mille lieux du XXIe siècle et même, quelques instants volés, bien loin du tumulte urbain d’un Paris devenu « moderne ». Laissez-vous griser par l’ivresse du temps jadis, d’une époque aujourd’hui fantasmée. Les comptoirs, vitrines et présentoirs sont de chêne, de loupe et ronce de noyer, les superbes poutres du plafond peintes, le pavement est de terre cuite vernissée, le lavabo orné d’un robinet à tête de cygne, les flacons anciens, les fioles et les fiasques aux teintes de pourpres, d’ors, de mousses vaporeuses et de ciels d’azur achèveront de vous éblouir.

Voilà pour ce qui est du décorum. Mais qu’en est-il des soins ? Pour les personnes soucieuses de leur bien-être et de la qualité des produits qu’elles utilisent, la formulation sans composants agressifs est souvent une exigence minimum.  Buly propose tout à la fois des formules basées sur des recettes anciennes et des matières premières brutes, ne contenant ni  parabens, ni phenoxye­thanol, ni silicone, et des techniques cosmétiques innovantes. Tout à la fois simples et authentiques, ces produits n’en sont pas moins d’une grande efficacité, de par leur naturalité justement et leur concentration.

Buly 1 - photo presse
Photo Alexandre Guirkinger

De l’Afrique à l’Asie, des Amériques à l’Europe,  Buly propose des huiles naturelles, des parfums sans alcool, des pommades et des crèmes (pommade virginale hydratante et assouplissante), des eaux de soins (superfine et rectifiée) et des hydrolats (bleuet, camomille, géranium, etc.) pour « défroisser la mine et consoler », des soins pour la bouche (opiats dentaires parfumés et eau de la belle haleine), des argiles et poudres naturelles. La grande variété d’huiles naturelles est particulièrement intéressante (macérat d’aloé vera, huile de graines de baobab, huile de camélia, une merveille pour hydrater et gainer les cheveux_ l’Officine devrait bientôt recevoir la version parfumée au divin ylang-ylang_, huile de pataua, de souchet, de pracaxi, de gettou ou de graines de nigelle. Enfin, vous l’aurez compris, des huiles souvent rares que vous ne trouverez pas partout.

Deux contenances sont proposées, 10ml et 50ml, à des prix très abordables (entre 2 et 8 euros pour les  flacons de 10ml, ce qui peut permettre de prendre le temps « d’essayer » sur un ou deux mois une ou plusieurs huiles,  et ensuite opter sans se tromper pour l’achat d’un flacon de contenance plus importante).  Des argiles jaunes, bleues, vertes, pascalite superfine, rouge ou rosée et aussi du rhassoul vous permettront de confectionner, en fonction de vos besoins, des masques et soins pour la peau. Pour les coquets et coquettes dont les désirs et la curiosité seront attisés, des poudres naturelles. Rose, fleurs de lavande, noyaux d’olive, racine d’iris, azuki ou encore yunohana. Du japon, d’Inde, du Maroc, elles ont des vertus remarquables dans la perspective d’un rituel de soin élégant, complet et protocolaire. Raviver le teint, l’éclaircir, l’unifier et l’illuminer, gommer la peau, drainer le corps, etc. A cela s’ajoutent quelques curiosités et raretés comme la poudre de bukkake ou les racines de souak, que je vous laisse le soin de découvrir par vous-même.

Buly - photo  Esther Ghezzo
Photo Esther Ghezzo

Outre les soins cosmétiques Buly a développé toute une gamme de parfums sans alcool, bougies (aux composants végétaux et sans paraffine), encens, allumettes parfumées (désodorisantes et il faut l’avouer, un geste délicat précédant la magie de la flamme), vous offrant des transports chatoyants au cœur des magies, croyances et contrées lointaines. Monastères, jardin bleu, pluies chaudes, fourrure d’herbes et bois de jungle, sultanes et baisers brûlants de gingembre, pain de miel blanc, encens et persiennes, campagne d’Italie, Alexandrie, etc. » Ces résines, cires et effluves vous promettent bien des voyages mystiques. La gamme de prix est en revanche plus élevée que les matières brutes disponibles à l’officine. Enfin des peignes et brosses pour les cheveux (bois de santal, soies de sanglier, peignes japonais en bois de buis), éponges, pierres, brosses et gants pour le corps  (gants de kessa et de crin, éponge naturelle, éponges en soie, pierres ponces, volcaniques et d’argiles) peuvent être des outils utiles et agréables pour parfaire votre toilette.

Plaisirs des sens (qu’il s’agisse des pupilles, du nez ou de la pulpe des doigts) et raffinement du protocole de soins, Buly n’est pas une simple boutique.  Il semblerait que cela soit un lieu hors du temps et de l’espace, à la croisée des explorations anthropologiques et rêveries orientalistes, du Paris d’hier et d’aujourd’hui, mais aussi un lieu passeur de traditions et de secrets de beauté où les pouvoirs et vertus des plantes sont souverains. Honorer et soigner notre enveloppe corporelle n’est-il pas une démarche qui accompagne le juste amour-propre et le respect des autres ? Et qui apporte plaisir, satisfaction et bien-être ? De ce point de vue, autant que cela soit un moment d’exception.

Buly - photo Esther Ghezzo 2
Photo Esther Ghezzo

Le cadre est enchanteur, les soins de qualité et abordables, il reste à ajouter que l’accueil est discret et respectueux, il n’est pas nécessaire de vous presser, juste de savourer. Disponibilité, politesse, passion et compétence sont les conditions essentielles d’un service de qualité. C’est le cas chez Buly, n’hésitez donc pas à expliciter vos attentes et à prendre le temps de choisir les soins adaptés à votre nature, vous serez bien conseillé ! Et puis il faut vous dire, pour conclure, qu’il s’agit là d’une renaissance. En effet, en 1803 fut ouverte à Paris une première officine universelle du nom de Bully (avec deux l en ce temps-là). Jean-Vincent Bully devint célèbre à travers toute l’Europe pour son vinaigre, une lotion destinée aux soins du visage et la beauté du teint et pour la délicatesse de ses parfums raffinés. Dans l’effervescence de la naissance de la cosmétique moderne, il fut de ceux qui laissèrent une empreinte assurée.

Aujourd’hui, en 2014 (la boutique a ouvert ses portes en avril),  Ramdane Touhami et Victoire de Taillac , donnent une seconde vie non seulement à une « marque », mais à un esprit, un goût et des savoir-faire qu’il serait bien malheureux de voir se perdre dans les limbes de l’oubli.

Voilà qui donne à rêver, non ?