Astérix – Le Secret de la potion magique : Alexandre Astier ou l’éloge du dopage à la gauloise !

Ah ces irréductibles gaulois chéris, qui continuent de nous faire rire aux larmes malgré le décès de leurs créateurs Uderzo et Goscinny, rappelés à Dieu pour faire marrer les anges avec leurs BD incroyables ! Version papier, nos chers guerriers, Astérix et Obelix en tête, continuent de vivre leurs aventures gargantuesques, tome après tome. Version cinéma aussi, avec bonheur dixit le CA de chaque production, et surprise car transcrire le trait et la prose de leurs initiateurs n’est pas forcément chose aisée. Après Pierre Tchernia, Claude Zidi ou Alain Chabat pour ne citer qu’eux, c’est Alexandre Astier qui relève le défi avec l’adaptation animée du cocasse Le Domaine des dieux, avant de partir bille en tête sur l’inédit Le Secret de la potion magique. Et mettre dans le mille, Mimile !

Il faut dire que le pitch est à la hauteur : tout commence avec Panoramix … qui tombe d’un arbre ! Et se foule la cheville ! Impensable pour un druide ! Prenant conscience que le temps est à l’œuvre, ce sage parmi les sage décide de trouver un successeur afin de lui transmettre la recette de la potion magique et d’assurer ainsi la sécurité du village pour l’avenir. Problème : des successeurs à la hauteur, il n’y en a pas bézef. Toute la tribu part donc à la recherche de la perle rare, se faisant au passage court-circuiter par Sulfurix, un ancien pote de Panoramix devenu son rival. Ajoutez par là-dessus une petite fille au QI de surdouée, des sangliers qui parlent, des romains pas forcément désireux d’en découdre avec les gaulois mais quand même, et des poules dopées … et vous aurez une pâle idée du délire pondu par Astier et sa bande sur un rythme endiablé.

L’animation y est pour beaucoup, qui prolonge l’univers initial de la BD, lui prête du velouté, vivifie les couleurs, fluidifie les mouvements, les expressions (bravo du reste au travail de Mikros Image). Le scénario et les dialogues également, coécrits par Astier et Louis Clichy pour Le Secret de la potion magique, avec leur procession de gags et de bons mots absolument désopilants. Et pour faire pétiller le tout, un casting au poil, avec la galaxie astierienne en première ligne donc (esprit de troupe oblige, on vous en parlait déjà à propos de Kaamelott), Joelle Sevilla, Lionnel Astier, Guillaume Briat, Jacques Chambon, Serge Papagalli, François Morel, François Rollin, … je vais pas tous les citer mais vous reconnaîtrez leurs voix sans problème, ça devrait même bien vous amuser de jouer « à qui fait quoi ? » ; on y a passé tout le film, c’est vous dire.

Et c’est ainsi que nous avons détecté un plus de taille : Daniel Mesguich himself, qui quitte ici les planches et le cinéma d’auteur pour donner vie au terrible Sulfurix, ce druide désavoué aux pouvoirs dangereux, un vrai poison pour le coup, dont nos gaulois chéris vont avoir toutes les peines du monde à se débarrasser. Bref, et c’est un point ici essentiel, un de nos plus grands théâtreux, formé par Antoine Vitez, qui a joué à Avignon, à la Comédie française, interprète de Racine, Musset, Marivaux, Shakespeare, Pinter et j’en passe, a de son plein gré et avec une exultation évidente, embrassé ce projet de culture pop, annulant ainsi avec maestria le fossé creusé entre art dramatique classique et comédie à la française. Et franchement ça fait du bien, vous n’imaginez pas, qu’un Mesguich et un Astier bossent ensemble, c’est juste un pur bonheur et la confirmation que quand les talents se rencontrent, ils ne peuvent que communier pour le meilleur du meilleur !

Du coup, si vous avez les kids pour les vacances, préparez une bonne bouffe en mode plateau TV, installez-vous tous sur le canap’ avec coussins, plaids et le plein de petits gâteaux, coupez les portables et faites vous plaisir en visionnant ces deux bijoux d’exubérance, histoire de reconnecter avec l’essence même de la BD … et d’initier votre progéniture à ce patrimoine incontournable de l’humour à la gauloise, boosté par un Astier au mieux de sa forme et qui fusionne le concept avec l’esprit Kaamelott que c’en est un pur régal. Car il faut bien l’avouer, l’hybridation fonctionne du tonnerre de Dieu, sur l’adaptation comme sur la création. Les références fusent dans tous les sens, un vrai feu d’artifice, ponctué de crises de fous rires ! Vous allez adorer !

Et plus si affinités

http://www.mikrosimage-animation.eu/project/asterix-le-secret-de-la-potion-magique/

https://www.groupem6.fr/bande-annonce-dasterix-le-secret-de-la-potion-magique/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.