Album : The Chainsaw Blues Cowboys – For a few chainsaw more

Aaaaaaaaaaaaaaah voilà une newz qu’elle est bonne et qu’elle fait du bien. Dans ce monde où tout fout le camp, il demeure des piliers indestructibles, des valeurs dont on sait qu’elles encadrent l’univers et qu’elles empêcheront l’apocalypse finale, parmi elles, les ouvrages de Dominique Fernandez et Thom Sharpe, le théâtre de Shakespeare, les films de Scorcese et Visconti, la blanquette de ma mère, les saucisses rougailles de mon mec, le ronronnement de mon chat … ou le rock de The Chainsaw Blues Cowboys.

10959643_795493733829991_4840683976006950829_n

Nous dénichons ce tandem de prédicateurs du côté de Grenoble en septembre 2013 et immédiatement c’est leur son qui s’impose autant que leur style, l’histoire qu’ils racontent inlassablement, de conversion en exorcisme, dans un univers dévasté et hostile où tout est à construire, tout demeure à purifier. Un flingue dans une main, une guitare dans l’autre, ils continuent leur méthodique campagne d’évangélisation, autonomes, indépendants, des francs tireurs comme on les aime. The good, the bad & the Chainsaw avait planté le décor ? Le second album enfonce le clou en détaillant la mission harassante de ces prêcheurs de l’absolu, et dieu sait s’ils ont du boulot sur cette planète de mécréants.


Comme son nom l’indique, For a few chainsaw more en rajoute une couche bien épaisse, graisseuse comme la culasse d’une Winchester, rugueuse comme un cul de cow-boy après une semaine de chevauchée de désert à croiser des coyotes puants, des crotale écrasés et des indiens défoncés au whisky. Fanatiques ? Sectaires ? Que nenni ! Ces deux beaux gosses rendent encore et encore hommage au blues dans ce qu’il a de plus organique, de plus originel. Cette interrogation profonde et d’autant plus métaphysique qu’elle met en parallèle un monde peu amène, une vie fragile et un désir d’absolu qui ne repose que sur les forces de conviction.


C’est bien peu pour trouver la foi, non ? Pas forcément religieuse … simplement la crispation de mâchoire qui ne vous fera jamais pas lâcher la voie choisie. Écoutez ces morceaux, écoutez les bien, et prenez exemple : ils vous exhortent à ne jamais dévier de la route que vous avez empruntée, elle est peut-être escarpée, très souvent décevante, vous y laissez vos désillusions comme les détritus de vos repas, mais c’est celle que vous désirez, car elle vous conduit à votre but. Et comme pour souligner cette profondeur nouvelle, une ligne d’orgue vient par touches auréoler les rythmes syncopés et primaux de cette sarabande en 12 versets, … histoire de vous coller une transe voodoo dont vous vous rappellerez longtemps !

Le reste ? Le reste n’est que littérature. Du coup arrêtez de me lire, montez le son et laissez vous toucher par la grâce, sisters and brothers !!!!! Et priez ! Priez que les programmateurs aient la révélation et fassent tourner ce tandem qui nous fait honneur ! Car en plus ils sont bons sur scène ! Bref rien à redire tout à entendre !!!! Chers lecteurs de mon cœur, vous savez ce qui vous reste à faire.

Et plus si affinités

http://tcbc.fr/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.