Album : Paris – There is a storm

10868131_787559234631341_3984943735718687262_n

Quinze ans … quinze ans qu’elle couve, cette maudite tempête … dans la tête de Nicolas Ker, enfant terrible et torturé qui écume les bas-fonds parisiens en quête de reconnaissance artistique. Le son escarpé et farouche de Paris se gorge de cette anxiété accumulée, une frustration renouvelée encore et toujours, celle de l’artiste convaincu à tort de ses imperfections, courant fiévreux sans fin après l’absolu sans jamais l’atteindre.

Rejoint dans son odyssée par Maxime Delpierre, Arnaud Roulin, et Michael Theis, enrichi des expériences Poni Hoax et Aladdin, ce digne héritier des romantiques noirs concrétise enfin son fracas intérieur. There is a storm est saturé de tension contenue sous la surface lisse des premiers morceaux conçus comme une entrée en matière calme traîtreusement. Le troisième morceau « My baby drove away » accélère la cadence alors que l’amour vient de s’enfuir.

Ouf enfin la crise éclate, c’est qu’on se sent bien mieux en état de siège, dans l’urgence de la décomposition ! A partir de là l’album s’emballe comme un cheval au galop se précipitant vers le ravin dans la tourmente des éléments déchaînés. Lautréamont et Chateaubriand n’ont qu’à se bien tenir ! Le palpitant en bandoulière à la limite de la rupture, le quatuor Paris se métamorphose en chasse infernale, une chevauchée fantastique digne des chevaliers de l’Apocalypse.

1902899_740358769351388_2352817163453777298_n
Paris par Johanna Benaïnous & Elsa Parra

« Up from a distance » et ses accents brisés d’Opéra de quat’sous, le caractère electro-funèbre de « The Cross-over », « The march of the wooden soldiers » très Rebotini dans ses envolées, … le Lp s’achève en apothéose sur les aveuglants « Serve me Lord » et « Wearing the mask », transes cathartiques propres à saisir les derviches tourneurs du monde entier. Le tout se lit comme une dramatisation complète de l’écriture musicale, une partition incendiaire dark au possible, qui se dévore comme un mets empoisonné, dans la chaleur du tonnerre.

Et plus si affinités

www.facebook.com/parissubways

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.