Ainsi soient-ils : devenir un homme de Dieu n’est pas un long fleuve tranquille …

Ainsi soient-ils
Affiche de la série Ainsi soient-ils

Tout le monde se souvient du personnage du père Aubergé, l’un des plus épanouis du film La vie est un long fleuve tranquille. Un prêtre bien dans sa peau, souriant, incarné par un Patrick Bouchitey hilare qui entonne « Jésus, reviens » devant ses paroissiens galvanisés comme le ferait une rock star. L’image est restée dans les mémoires comme le signe d’un renouveau de la comédie à la française. Une image balayée sans ménagement par les trois saisons de la série Ainsi soient-ils.

Cinq jeunes séminaristes

Aux commandes de ce feuilleton drivé par Zadig productions et Arte, David ElkaïmBruno NahonVincent Poymiro et Rodolphe Tissot qui nous racontent l’évolution de cinq jeunes séminaristes vers la prêtrise. Cinq garçons issus de cellules familiales, de milieux sociaux, d’éducations différentes, qui embrassent le sacerdoce pour des raisons parfois complexes et qui vont devoir faire front ensemble pour surmonter les nombreux obstacles qui entravent leur route.

Car on ne devient pas un ministre de Dieu sur un claquement de doigts. Outre une formation rigoureuse au sein d’un prestigieux séminaire porteur d’un enseignement séculaire, il va falloir questionner soi-même et le monde, pour y puiser la justesse nécessaire afin de mener sa mission à bien. Une mission qui consiste à conseiller, éclairer apaiser … et dont beaucoup perdent le sens au fil des années, des épreuves.

A lire également :  The Young pope : un film d’auteur dans un format de série TV

Gérer son humanité comme celle des autres

Seul face aux déchaînements de passions souvent néfastes qui dévorent ses ouailles et soi-même, le prêtre doit quotidiennement gérer son humanité comme celle des autres, tout en navigant à vue avec le manque de moyens, l’Église étant devenue d’une confondante pauvreté. Sans compter les querelles de pouvoir et d’opinion qui règnent au Vatican et dans les corps dirigeants, avides de pouvoir plus que de droiture.

C’est ce que donne à voir Ainsi soient-ils, au travers de personnages particulièrement attachants, qui doivent composer avec la tradition portée par l’Église, la nécessité de se moderniser au rythme de la société, tout en respectant ses valeurs et sans jamais perdre la foi ni renier ce que l’on est. Sexualité, homosexualité, amour, mariage des prêtres, drogue, avortement, délinquance, suicide, précarité … nos cinq amis ne seront pas épargnés, loin de là.

A lire également :  Kalifat : une série qui fait froid dans le dos

Série hors normes

C’est du reste ce qui parachèvera leur training mené de main de maître par le père Fromanger, incarné par un Jean-Luc Bideau saisissant dans ce rôle de Jedi catholique, ancien prêtre ouvrier ouvert à toutes les audaces pourvu qu’elles portent la parole divine, la bonté céleste. Autour de lui un casting irréprochable : Thierry Gimenez, Michel Duchaussoy, Julien Bouanich, David Baiot, Clément Manuel, Clément Roussier, Céline Guignet …

Et un coup de cœur absolu pour Jacques Bonnaffé, dans la peau de Monseigneur Poileaux, évêque de province bombardé président de la conférence des évêques de France, et qui, sous ses dehors candides, va reprendre en main le chaos financier laissé par son prédécesseur plus soucieux de financer son aura médiatique que d’apurer les comptes de son institution. Une des pépites savoureuses de cette série hors normes, d’une qualité indéniable et dont le propos est on ne peut plus pertinent.

Et plus si affinités

https://www.arte.tv/fr/videos/RC-019561/ainsi-soient-ils/