A l’avant garde : Nick Giassullo

Cette semaine, gros coup de cœur pour un illustrateur particulièrement flamboyant. Artiste digital, Nick Giassullo s’est longtemps investi dans le cinéma ; il n’en demeure pas moins un artiste plasticien de talent, dont les créations captent immédiatement le regard et l’imagination.

Au centre de son univers, des héroïnes cyber punk chatoyantes, dont les chairs décomposées révèlent le squelette dans un concerto de speedlines. Couleurs acidulées, énergie du mouvement, velouté des formes, tout concourt à rendre ce mélange de comics et de SF particulièrement attrayant et dérangeant.

Car ces dames ont l’air bien contentes de se diluer dans une sorte d’orgasme virtuel qui ne leur laisse même pas la peau sur les os. Dantec et ses Babylon Babies ne sont pas loin, la Tank Girl d’Alan Martin et Jamie Hewlett non plus. Encore moins les Vanités du XVIIeme, qui prennent ici un coup de jeune particulièrement draconien.

Et plus si affinités

https://www.instagram.com/xsullo/

Enregistrer

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.