Etincelles culturelles de juillet 2021 : passe sanitaire, festival climatique, musées attractifs, musique et neuro-technologie, fin du hit musical

étincelles culturelles the art juillet 2021

Un bon format éditorial est un format qui mute. Nous étions partis sur une revue de presse, mais ça nous bridait un peu. Du coup, le concept a bougé pour devenir un criblage mensuel des actus qui nous ont accroché la rétine. Un ensemble de réflexions sur la manière dont le monde de la culture évolue, de remarques, d’interrogations que nous partageons avec vous pour éventuellement déclencher votre propre questionnement.

Ce mois de juillet, nous avons zoomé sur des news en tension, impact immédiat du passe sanitaire sur l’activité cinématographique, le climat qui s’invite à Cannes, le musée comme atout touristique majeur des petites agglomérations, l’association neuro-sciences/nouvelles technologies pour révolutionner la composition musicale et le concert en live, le streaming qui est en train de faire muter le concept de super hit.

Bonne lecture, bonne réflexion et bon week-end !

Pass sanitaire : fréquentation des cinémas en chute libre

On devait s’y attendre ! Pass sanitaire = fuite du public. La désertion est particulièrement frappante au niveau de la fréquentation des cinémas, qui a chuté de 70 % du jour au lendemain dixit Libération. A vérifier sur le long terme et dans d’autres disciplines comme le spectacle vivant, mais l’amorce est là. On peut bien sûr miser sur une reprise liée à la vaccination, mais vu le laps de temps nécessaire pour être pleinement protégé (deux injections à un mois d’écart + 1 semaine d’attente), cela prive les lieux culturels d’une partie conséquente de public. Question : comment traverser cette nouvelle épreuve sans y laisser plus de plumes financières, voire son existence en tant qu’entreprise culturelle ?

Le climat inspire le Festival de Cannes

Les temps changent : face à la catastrophe climatique qui nous attend, le monde de la culture s’investit. Signe des temps : outre toute une série de mesures visant à rendre l’événement plus eco-friendly (réduction des déchets, up-cycling, suppression des bouteilles d’eau …), le festival de Cannes a créé une nouvelle sélection dédiée aux films sur l’environnement. Parce que le cinéma demeure un formidable vecteur de sensibilisation et un outil pédagogique, parce que le thème est de plus en plus présent dans les préoccupations des scénaristes et des réalisateurs. Cela suffira-t-il à changer la donne ? Cela reste à voir, mais la reconnaissance officielle de cette thématique au sein d’un festival à la portée planétaire est déjà un signe en soi. Maintenant, il conviendrait de réfléchir à faire des films plus propres, moins polluants, et là le chantier est énorme.

Les musées : un atout pour l’activité touristique en local

La question a été posée lors d’une conférence organisée par TOM.Travel avec Museum Connections. Une question essentielle : outre son rôle de conservation, d’analyse et de mise en valeur du patrimoine, le musée a vocation à recevoir des visiteurs qui vont découvrir ces collections au travers d’expositions permanentes et temporaires. Il constitue donc un atout touristique notable, car il est parfois le seul élément d’intérêt dans une petite ville. Seulement voilà : le COVID est passé par là, enchaînant fermetures et adaptations en urgence. Et la manière dont les musées ont géré la crise est riche d’enseignements.

Casque Nextmind : pourra-t-on bientôt jouer de la musique avec son cerveau ?

Un masque qui capte les émissions neuronales du cerveau via des électrodes pour ensuite composer une musique en écho : le futur de la création musicale ? En tout cas une petite révolution technologique en perspective, drivée par la start-up NextMind (experte des neurosciences) en partenariat avec The Absolut Company Creation, dédié au mécénat de musiques électroniques. Le produit est en phase de crash test et c’est le DJ Molécule, touche-à-tout musical connu pour son goût de l’innovation qui essuiera les plâtres lors du live « Brain Performance Mix » prévu pour octobre. Pour la commercialisation, il faudra attendre, mais l’idée même est porteuse, à l’heure où le monde de la musique et du spectacle vivant doit se renouveler face à la pandémie … Le simple fait qu’une start-up s’intéresse à ce marché en dit en tout cas long sur les mutations que l’industrie va devoir opérer pour échapper à la morosité et à la saturation.

Le streaming a-t-il tué la notion de hit planétaire ?

Comme pour confirmer notre précédente réflexion, un chiffre échappé du MRC Data’s 2021 U.S. Midyear Report, qui donne à voir les résultats de la prod musicale américaine pour cette année. Or il se trouve, si l’on en croit l’analyse du rapport opérée par Music Business Worldwide, que le plus gros succès de cette année, remporté par la chanson « Drivers License » d’Olivia Rodrigo » avec 460 millions d’écoutes sur les plateformes de streaming, ne fait qu’un peu plus de la moitié du score engrangé en 2020 par « The box » de  Roddy Ricch avec 728.7 millions d’écoutes.

Je vous passe les autres analyses de l’article ; ce qu’il faut retenir, c’est que le streaming musical, par la diversité de l’offre qu’il propose, par la volatilité de la diffusion sur le web, par la surproduction musicale qu’il encourage, est en train de sérieusement modifier la notion de « mega-hit » planétaire. Un coup d’an l’aile évident pour les majors et les superstars … une chance pour les artistes moins en vue ? A moins que le public, gavé de chansons calquées les unes sur les autres commence à se lasser sérieusement de ce manque de diversité pour espérer quelque chose de radicalement nouveau ?

A méditer.