Delannée Paris : poetic workwear, orientalisme flamboyant … et créatif responsable

modèles delannée Paris

Il était une fois une longue passerelle invisible reliant l’Algérie et la Bretagne ; une diagonale comme un brin d’ADN culturel, mêlant les souvenirs, les influences, les enseignements ; un fil ténu mais solide sur lequel un petit garçon a grandi, en équilibre, joyeux et inventif. Avec le temps, ce long fil s’est illuminé de couleurs, s’est décliné en étoffes, puis en vêtements. Aujourd’hui, ce long fil constitue la ligne directrice de la marque Delannée Paris. 

Un projet de fin d’étude

La griffe voit officiellement le jour en Mars 2021 avec une première collection particulièrement prometteuse ; mais le projet mûrissait depuis longtemps dans la tête de Mehdy Delannée, son jeune et talentueux fondateur. En 2019, la marque se profile nettement dans son projet de fin d’études, plus spécifiquement dans un dossier d’une rigueur exemplaire, dont la qualité fut saluée par ses examinateurs. Il ne restait plus qu’à passer aux actes, ce qui fut fait sans attendre, Mr Delannée étant, il l’avoue avec un sourire, “du genre fonceur”. Ce qui ne veut pas dire inorganisé, loin s’en faut.

S’appuyant par ailleurs sur une formation de graphiste, sur la pratique de la danse, de la photographie, Mehdy Delannée va faire montre dans la mise en place de son entreprise d’une grande lucidité, d’un goût esthétique sûr, alimenté par une curiosité insatiable et des références spécifiques : Alexander McQueen pour “sa manière de raconter des histoires au travers d’un costume, d’un défilé”, Raf Simons pour “son exigence, sa précision dans la création et l’élaboration d’un vêtement”, Kim Jones pour “son sens de la collaboration avec d’autres artistes”. 

trench orange delannée paris

Un patrimoine d’une infinie tendresse

Mais cette envie, cet univers s’ancrent bien en amont, dans une enfance épanouie, passée entre la ferme de grands parents bretons et le salon chamarré d’une mamie d’origine algérienne. Une enfance chargée de souvenirs sensoriels puissants : la couleur des murs de la salle à manger, l’éclat d’un tracteur fauchant les blés, le crissement d’un ciré de marin, l’odeur du lait chaud, des légumes fraîchement lavés séchant sur un torchon, les traces laissés par des doigts graisseux sur un bleu de travail, la saveur sucrée de pâtisseries orientales posées sur des napperons gracieux … Mehdy Delannée puise dans ce patrimoine d’une infinie tendresse la richesse de ses inspirations croisées.

Il le revendique, l’affiche : son logo, comme le tatouage qu’il a au bras, renseigne la géolocalisation de la ferme familiale. Un hommage à sa grand-mère disparue et un ancrage bien défini : chacune de ses créations est une Madeleine de Proust stylistique autant qu’un discret clin d’oeil à celles et ceux qui l’ont aimé, éduqué, ouvert à la vie. Agriculteurs, ouvriers, marins : travail, effort, rigueur, patience … des principes qui régissent l’élan créatif d’un styliste sensible à la poésie du quotidien, désireux de placer un petit bout de soi dans chacune de ses compositions, de partager cette force familiale avec tous, par le biais de ses costumes, de son univers.

pantalon traite orange delannée

Poetic workwear et orientalisme flamboyant

Son univers justement : une mode unisexe, confortable et colorée, qui mêle les lignes rudes des pantalons de chantier et la fantaisie de motifs végétaux. Poetic workwear et orientalisme flamboyant : un cocktail particulièrement réussi. Ici, un trench en ciré se double d’un tissu aux motifs orientaux, là un vaste pull rose fuchsia s’illumine de touches rapiécées, un autre reprend le touché d’un tapis berbère bariolé. Des gants de jardinage se parent de fleurs, bobs et pochettes s’illuminent de tissu chamarré … tout est dans le détail : “Ce sont les détails qui racontent l’histoire du vêtement, son origine, son message … et qui le singularisent. Ce sont les détails qui différencient mon jean de celui d’un autre créateur”. 

Le détail … et l’upcycling. Parfait alchimiste, Mehdy Delannée se plaît à transformer la matière. Et pas n’importe laquelle. Un tapis récupéré chez une tante, la housse de canapé de sa grand-mère … sa famille n’est pas seulement vectrice de valeurs, de souvenirs et de storytelling : le styliste y trouve aussi les étoffes qu’il transformera au gré d’inspirations vécues comme des fulgurances. Il suffit d’une personne croisée dans la rue avec un look surprenant et la machine à créer s’emballe. Très vite. Les modèles de la première collection furent ébauchés en une nuit.

costume canapé delannée

La surprise autant que la rigueur

Et s’il le faut, Mehdy passe directement à l’action. A la machine à coudre, à la teinture, à la sérigraphie … Cet expérimentateur né aime la surprise autant que la rigueur :  “Le hasard intervient aussi dans le processus, tout simplement car on ignore tout du rendu final, surtout quand c’est la première fois qu’on pratique la technique”. Masculin, féminin, peu importe, il s’agit d’être bien dans son vêtement, à l’aise dans ses mouvements et de profiter de cette chromothérapie du quotidien sans remords ni regrets. Juste par plaisir … mais sans mièvrerie.

Car s’il apprécie les couleurs acidulées, Delannée n’a rien de kawaii. On pourrait même le qualifier d’anti-Pantone. Les tendances ? Il s’en méfie. Lui qui a choisi la mode  “par instinct, par envie, par passion”, se définit non pas comme un styliste mais comme un créatif, et un créatif responsable. Simple, authentique, honnête. Les références au vêtement de travail, aux univers ouvrier et agricole, l’usage de couleurs pastel pour les hommes, le mélange des cultures, le recyclage, les vêtements unisexes et body positive, le made in France : pour lui, ce ne sont pas des combats mais des évidences. 

pantalon laine delannée

Le temps du renouveau

La fast fashion ? Les échappées de la haute-couture et du prêt à porter de luxe vers la désincarnation numérique ? “J’avoue être un peu dépassé par l’ultra-digitalisation de la mode. Mon approche est plus authentique, plus simple. Quant à la fast fashion, c’est comme pour tout : il faut savoir gérer sa consommation. Avec bon sens et modération. Nous sommes en plein changement. Ecologie, business model, fonctionnement, les modèles précédents ne sont plus viables. La figure du créateur star  n’est plus d’actualité. C’est maintenant le temps du remaniement, du renouveau”. 

Le temps du renouveau … avec en tête des perspectives d’avenir. Mehdy Delannée fourmille d’idées, de projets : l’entrepreneur envisage une boutique en physique, des ateliers ; le créatif rêve de collaborations avec d’autres stylistes, d’une incursion dans le domaine du linge de maison, de la décoration, de participer au renouveau d’un territoire culturellement endormi. Le théâtre l’attire, la danse. Ses vêtements ont déjà pénétré l’univers visuel du rappeur Lefa dans le clip “Janet”, le compositeur Ullik a signé la musique de la vidéo de présentation de la collection “Origine composite”. 

gilet rose delannée

Beaucoup d’options pour ce couturier talentueux, imaginatif, avide de liberté et d’indépendance, pétri de valeurs, exigeant et minutieux, patient, agile … surtout parfaitement conscient de la puissance médiatique de la mode : “C’est un axe majeur dans la transmission de message. Un défilé de mode diffusé sur les réseaux sociaux va toucher des milliers de gens. C’est très rapide et impactant”. Bref la jeune pousse Delannée Paris a du potentiel à revendre et son avenir bien en main. Un parcours à suivre avec attention.

Merci à Mehdy Delannée pour son temps et ses réponses.

Crédit photo @guillaumegarat

Et plus si affinités

Découvrez l’univers Delannée Paris sur le site de la marque et son compte Instagram.