Vanity Case 3 : Death Republica – l’hallali des sens.

« L’ Homme qui tenait par les bois la tête du cerf, la redressa et la balança d’un long mouvement latéral afin de donner aux chiens l’ illusion de la vie. »

Avec pareille introduction, sûr que le nouvel opus de Thibault Tourmente allait être musclé. Death Republica – titre volontaire en période d’élection – a effectivement tenu ses promesses, repoussant d’un cran les limites de la Morb Culture chère au polaroïdiste.

Sauf que cette fois-ci, notre tourmente artistique ne s’est pas limitée au petit cadre photo, s’ébattant dans les champs encore inexplorés de la sculpture et du tridimentionnel. Le tout donne un cabinet de curiosité d’allure barbare qui n’aurait pas dépareillé dans le salon de Massacre à la tronçonneuse ou les pages ellroyennes d’American death trip.

La globalisation et les poncifs du consumérisme en prennent pour leur grade dans cette mise en espace soignée où les 30 Glorieuses décomposent leur superbe dans les Vanités de ce monde et le thème médiéval de la chasse diabolique. On frémit, on sourit, on blêmit.

Sur ce mur ce sont nos cauchemars larvés qu’accroche Thibault la Tourmente avec la désinvolture d’un gamin espiègle et blessé. Le tout dans une lumière agressive de néons en fin de vie, brûlant dans l’obscurité d’une galerie calfeutrée pour l’occasion leur ultime énergie avant l’implosion finale.

Improbable. Symbolique. Prémonitoire.

Et plus si affinités

Vanity Case 1 / Claude Privet – Sanctuarium : « Souviens toi que tu as vécu ! »
Vanity Case 2 / Exposition : Memento Mori – Galerie Gangurru – Lyon

http://deathrepublica.tumblr.com/

http://www.facebook.com/lamorbculturehttp://www.facebook.com/lamorbculture

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.