Une Famille à louer : petite romance estivale

11216824_416432528559802_8568750686018947902_n

Ah la famille !!!!! Le clan, la tribu, la valeur refuge, sur qui on peut compter en cas de coup dur, … ce mythe qu’on nous inculque dés l’enfance et qui immanquablement s’érode au fil des dîners du dimanche, des anniversaires et des fêtes … le sujet a toujours fait la joie des cinéastes, pour le tragique ou le comique, le meilleur et le pire. Dans le cas de Jean-Pierre Améris, c’était jusqu’à présent une thématique secondaire traitée en filigrane dans ses films. Avec Une Famille à louer, il propulse le sujet au premier plan de façon apparemment cocasse :

Passons s’il vous plaît sur ce teaser certes accrocheur mais au final assez peu parlant et c’est tant mieux (ras le bol des bandes annonces qui concentrent l’ensemble des péripéties d’une intrigue, laissant le spectateur sur sa faim avec 10 euros de moins dans la poche). Ici bien au contraire, l’intrigue peu commune n’est qu’ébauchée sur un mode léger qui va progressivement se nuancer tandis que les épisodes de cette rencontre amoureuse s’enchaînent.

UNE FAMILLE A LOUER PHOTO1

D’un côté un homme richissime, seul et dépressif, de l’autre une bimbo/mère de famille réduite à voler pour nourrir sa portée, … la rencontre va enclencher quelques coups de calgon, pas mal de clashs, … et surtout une sacrée mise au point concernant l’impact du milieu familial. C’est que nos tourtereaux se trimballent des proches qui sont bien lourds à traîner dans le genre boulets. Durs, culpabilisants, intrusifs, dévorants … il faudra bien de la ténacité à chacun pour aider l’autre à faire le ménage et en sortir épanoui.

UNE+FAMILLE+A+LOUER+PHOTO4

C’est cet aspect plus particulier qui fait la véritable saveur du film, et la complicité du tandem Benoit Poelvoorde/Virginie Efira y est pour beaucoup. On apprécie également que l’histoire ne passe pas forcément par la case obligatoire de la scène d’amour « physique », non par pudibonderie, ce n’est pas le genre de la maison, mais parce que cela permet de concentrer la fable sur l’apparition progressive des sentiments, de l’attachement, de la confiance. Pour faire court, Une famille à louer porte en germe les bons ingrédients d’une romance comme on les aime, et dont les incohérences s’effacent devant l’émergence de la joie d’aimer.

1834272-teaser-du-film-une-famille-a-louer-en-600x315-3

Et plus si affinités

http://www.studiocanal.fr/cid33900/une-famille-%E0-louer.html

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.