Théâtre : Maxi Monster Music Show

Le spectacle crée en avril 2008 au Zèbre de Belleville et réactualisé avec Juliette Nourredine à la mise en scène faisait l’affiche du Palace en ce glacial lundi 6 février. Devant la salle la foule se presse, une date unique à Paris pour ce cabaret musical puisant dans le cinéma burlesque à la Rocky Horror Picture Show toutefois avec plus de poésie a ramené du peuple dans la rue du Faubourg Montmartre. Sorte de voyage onirique sur la différence et le mystère du genre, la troupe menée par la jolie poupée barbue enchaîne les scénettes en musique, faisant rire et sourire.

Maxi Monster Music Show

Initialement pensé comme un side project de leur groupe Le Maximum Kouette, la troupe a finalement consacré l’essentiel de son énergie à ce spectacle, à la musicalité bien pensée : influences tziganes, rock et bluesy se mêlent agréablement.

Gina Trapezina, maîtresse de cérémonie barbue, présente chacun des membres de sa troupe en chanson et avec humour. Elle invite à s’accepter comme on est, que l’on soit femme à barbe, femme-tronc prétentieuse sur les bords, danseuse déchue et décrépie, petit homme fort (petit surtout), pianiste mi-homme mi-femme, fakir trompettiste ou tireur mélancolique et maladroit.

Maxi Monster Music Show

Raymond Butor, surhomme de peu de force officie à la batterie, Axel De La Rose au charme diaphane s’occupe de la guitare, Miss Gabrielle interrompt régulièrement Gina et tente sans succès de nous chanter son plus grand titre « Soir d’Amour à Monte Carlo », Olga Nounouchka Bravinski danseuse plus ou moins fraîche est à la contrebasse, San Kardam le fakir joue de la trompette et de la guitare et le mystérieux androgyne homme-femme fait du piano, le tout supervisé par la brillante Gina Trapezina qui les accompagne de sa belle voix.

Le public couvrant bien la tranche 7-77 est enthousiaste, les applaudissements sont fournis entre les morceaux et une belle ovation clôt le spectacle.

Les chansons sont ponctués d’interventions des personnages permettant de mieux les caractériser : Axel De La Rose tire les yeux bandés sur un fruit juché sur la tête d’ Olga Nounouchka Bravinski mais il l’abat ; cette dernière revient sur le devant de la scène plus tard pour nous montrer les merveilles du Bolchoï mais elle perd un bras puis repart et Raymond Butor, que Gina nous présente comme l’homme le plus fort du monde mais petit (et elle insiste sur ce point) se livre à une grande démonstration de force en hissant … une minuscule cymbale … en haut d’une chaîne où elle restera tout le spectacle !

Maxi Monster Music Show

Mention spéciale pour l’hilarante version que Gina nous livre de « Fuck me tender » dont les paroles caustiques font rire tout le monde.

La version donnée par le fakir et Miss Gabrielle de « Bang Bang » était également des plus touchantes, le simple duo guitare-voix dramatisant encore plus ce titre déchirant.

Seul léger bémol peut-être, les trop nombreuses « fausses fins » faisant repartir le show qui à la fin deviennent répétitives, un simple enchaînement aurait été suffisant au vu de la qualité des morceaux, on attend la suite quoi qu’il arrive !

Actuellement en tournée dans toute la France, allez y faire un tour s’ils passent près de chez vous, moment de détente poétique et musicale garanti !

Merci à JF de Nomad Muzik.

Galerie Flickr : http://www.flickr.com/photos/38012720@N02/sets/72157629303340125/

Et plus si affinités.

http://www.lemaximonstermusicshow.com/

http://fr-fr.facebook.com/themaximonstermusicshow