A l’avant garde : Dima Drjuchin

11/09/2017

« La transversalité, y’a qu’ça de vrai ! » comme dirait notre chère Padmé Purple. Les artistes de la génération Y l’ont très bien compris, à l’heure du tout numérique, ils puissent à pleines brassées dans le tsunami culturel qui déborde de leur écran. Et cela donne parfois de bien étranges cocktails. Dixit Dima Drjuchin dont la misologie créative a de quoi retenir l’attention. Musicien avec Corrupt autopilot, ce monsieur créchant à Brooklyn…

Read More >>