Solidays 2013 : 15 ans de lutte en musique

Oh de la musique, vous allez en avoir et de la bonne … mais pas que !

En effet pour célébrer ses quinze ans, Solidarité Sida a mis le paquet en balaçant sur les pelouses de Longchamp quelques 80 concerts sur 5 scènes, mêlant valeur montantes (on va entre autres retrouver les BRNS, La Femme, Duellum, Juveniles …) et confirmés (The Hives, Sexy Sushi, Dub Inc., C2C, M, David Guetta (oui, vous avez bien lu), … rock, électro, musique du monde, …  Bref une grosse fiesta, dont le line up s’affiche désormais au fronton de pas mal d’organes de presse, d’affiche, de sites (et encore pas assez, il faudrait plus de relai media, l’éternel problème) !

La fiesta ? Mouais … comme on vous l’expliquait en chroniquant la Love Life Parade d’octobre 2012, il y a des anniversaires qu’on aimerait ne pas célébrer. Et ces quinze ans de lutte acharnée en font partie. Car dans un monde parfait, il n’y aurait pas à lutter, cette saleté de maladie n’existerait pas. Mais le monde n’est pas parfait. Par contre, les gens peuvent l’être. De temps à autre. Et c’est là que ce festival prend tout son sens. Car il fédère.

Sous la pluie, dans la boue, sous le soleil, malgré les écueils politiques, il rassemble. Il informe. Il mobilise. De plus en plus de monde. Et c’était pas gagné. A ses débuts, il a fallu batailler pour trouver des fonds (Jean-Paul Huchon nous le rappelle en conférence de presse, le vote des premières subventions a été très chaud, certains élus de la région IDF étant plus que réticents, pour ne pas farouchement opposés).

Aujourd’hui, Solidays est devenu un incontournable de la saison musicale, il affiche complet, les artistes répondent spontanément à l’appel, acceptant de réduire leur cachet, le nombre des bénévoles augmente, on accueillera le 2 000 000eme festivalier, … En quinze ans, tout ce petit monde a réussi à structurer un réseau, gagner en influence, récolter des fonds, et faire du sida un combat à l’échelon mondial, sur le front de la recherche et des traitements, mais aussi au niveau de la prise en charge des patients, de leur accompagnement et du regard que la société porte sur eux.

Un point essentiel, car comment se soigner quand on est exclu ? Préférant agir, divertir, informer plutôt que tomber dans le pathos racoleur, Solidarité Sida a tablé la carte de la dédramatisation. Et ça marche plutôt pas mal, si l’on en juge par le succès de l’expo Sex in the City.  Un exemple parmi tant d’autres, éclectisme oblige. Mais Solidays 2013 va aller plus loin encore dans cette voie en profitant de l’occasion pour interpeler les pouvoirs publics sur le vote des subventions du Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme : l’idée est que ce montant grimpe, challenge en cette période de crise.

Et l’asso d’inviter notre président sur site, pour le motiver, … carrément.

Moi je vous le dis, cette session 2013 de Solidays, elle va être bien. Car elle prouve que les choses, on peut les changer, dans la continuité, la patience, la régularité. Et avec une volonté sans faille.

On y va, on vous racontera. Peut-être même qu’on vous y croisera ?

Et plus si affinités

http://www.solidays.org/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.