Reflet d’artistes / Von Pariahs : le meilleur de soi, la tête haute

Le 30 septembre, les 6 nantais accouchent de nos névroses cachées : Hidden tensions voit le jour, portant dans ses titres une violence sombre, comme une régression humaine vers l’animalité des affects.

Le 10 octobre, les Von Pariahs montent sur la scène de La Cigale, pour y poser un set à rebours de l’album, qui se termine sur une lumineuse touche d’espoir, quand le LP décrivait une lente décomposition. Et une véritable osmose que je vois se tisser en coulisse quand ils font corps comme une équipe de rugby prête à l’affrontement de terrain.

Petit aperçu du résultat en live :

Tout dans le souffle et l’esprit de corps, ils abordent le plateau avec une froideur contrôlée qui se fissure progressivement pour dévoiler des émotions par déferlante. Comme une réaction face à la dépression, un peu du cri baudelairien qui jaillit du spleen. Un choix qui fait sens et permet au live de trouver sa place par rapport à un album travaillé et dévastateur, qu’il semble difficile de restituer en concert.

Cet effet de balancier n’étonne guère qui s’inscrit dans le positionnement et la mentalité du groupe, sa manière d’appréhender la composition, sa vision du monde en général. Je les rencontre la veille du concert. Tranquilles, Sam et Théo me répondent, d’une même voix. Entretien :

Recontre avec Von Pariahs by Delfromtheartchemists on Mixcloud

 

Merci à Sam, Théo et leurs compagnons, ainsi qu’à Vincent qui a permis cet entretien.

 

Album photos :

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.525413760870890.1073741866.114156521996618&type=3

 

Et plus si affinités

http://www.vonpariahs.com/

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.