Oudéis / Now Here : la 5eme édition des Rencontres Numériques sera déictique

Et voilà ! Encore un titre énigmatique pour saluer le travail de nos oudéistes d’amour. Après, depuis le temps que nous suivons leurs aventures en tectoniques numériques, nous commençons à nous habituer. Et l’annonce de la 5eme édition des Rencontres Numériques du 19 novembre au 14 décembre apporte son lot de mystères supplémentaires dans le sillage d’une problématique alambiquée.

Subtilement baptisées Now Here, ces nouvelles rencontres prolongent le travail de recherche effectué par le passé en questionnant la géopolitique des NTIC à partir de ce constat que nous restituons dans son entier comme une équation à plusieurs inconnues:

« L’internet est un univers virtuel en expansion, telle est l’image pleine d’espoir que l’on voudrait garder de sa naissance. Pourtant, l’internet est borné par des frontières et sa matérialisation prend la forme de serveurs, de systèmes de refroidissement, de câbles sous- marins et de la multitude d’humains nécessaires à sa maintenance. L’expérience de cet univers – avec lequel nous communiquons grâce à des traducteurs automatiques – réalise une distorsion de soi : être ici, maintenant, nulle part […] »

Vous comprenez mieux le titre n’est-ce pas ? Now Here, nowhere … le jeu de mots pose de nouveau l’utopie (en aucun lieu) à l’œuvre dans l’univers du numérique, ses sirènes, ses fantasmes, ses pièges, ses chimères : mais cette fois-ci nous quittons le monde post apocalyptique de Silence Vert  pour explorer les passerelles, les réseaux, les connexions qui pourraient tisser une nouvelle toile d’information, et nous raccorder aux autres, à l’Autre.

 Et les questions de se multiplier à la lumière de cette perspective : ce qui est dématérialisé peut-il se concentrer dans un lieu ? Est-il raisonnable de vouloir cet ancrage ? Comment rencontrer les publics concernés concrètement quand aujourd’hui les échanges sont virtuels ? Now Here synthétise ces questionnements en interrogeant logiquement la notion de transmission de l’information, au travers d’installations, d’œuvres, de performances inattendues, drôles et surprenantes, telles que la Oudeis team s’est toujours fait un devoir d’acter depuis le début :

BZZZ ! Le son de l’électricité, Solaris, 857 Clusters Opus 2, ces créations et toutes les autres ont en commun de saisir l’instant de la transmission, l’ici et le maintenant de l’information en transfert. Déictiques donc au sens premier du terme issu du grec ancien δεικτικός, deiktikos (« action de montrer »).
  1. Qui sert à désigner, à montrer.
  2. (Linguistique) Relatif à la déixis. Relatif aux références basées sur les conditions particulières de l’énonciation, comme l’identité du locuteur, le temps et l’endroit de l’énonciation.

Merci au Wiktionnaire pour ces précisions ; pour montrer now et here, les artistes rassemblés par Oudéis sur ce nouvel évènement vont se parachuter dans trois lieux, Le Vigan bien sûr, berceau de l’association et son terrain d’expérimentation, mais aussi Montpellier, la grande ville, universitaire, vouée à la foule, aux échanges,  et entre ces espaces contradictoires, Bagnols sur Cèze intermédiaire et synthèse des deux microcosmes.

Saisir et mettre en valeur les datas dans leur évolution vers l’usager, pour que celui-ci réfléchisse à la réelle signification de leur acheminement dans notre monde, à ce que ce voyage peut lui apporter, aux rencontres humaines ainsi déclenchées par delà les limites et les lieux : l’enjeu est d’actualité, dans cette modernité où l’homme et l’information bougent sans cesse et se croisent parfois sans se rencontrer réellement.

 

Et plus si affinités

http://www.oudeis.fr/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.