Miso soup / Hanami : à l’ombre d’un sakura en fleurs …

Ses branches noires chargées de fleurs roses s’étirent dans l’azur … survivant à l’hiver, le cerisier sacré annonce le retour du printemps, la victoire de la nature sur le temps. Les japonais alors s’assemblent sous les frondaisons pour célébrer Hanami, l’amitié, le bonheur, la vie. Parce qu’ils savent que sous ces cerisiers ornementaux se cachent tant de cadavres, tant de sentiments enfouis, chagrins, colères, joies, que leurs profondes racines se nourrissent de la mort, de la terre décomposée, des pensées cachées.

Un cycle dont les samouraïs firent leur symbole, adoptant la fleur de cerisier comme emblème d’une vie aussi belle qu’éphémère et fragile. Un pétale qui se froisse, à jamais perdu, une existence tranchée d’un coup de lame. La douceur et la douleur, le métal et le végétal, l’aérien et le terrien, … autant d’impressions qu’on retrouve à l’œuvre dans les 11 morceaux composant Hanami, le premier album de Miso Soup. Hanami : « regarder les fleurs » … un nom de prédilection, choisi avec soin, célébration de la floraison des sakura autant qu’art des bouquets.

Une approche également, un art de vivre et de composer que Miso Soup fait sien. A 27 ans, après deux EP That’s The Way The Cookies Crumble et Densetsu, il produit ce bouquet de poèmes musicaux entre electronica, new wave, rap, mélangeant les essences mélodiques, les rythmes et les tonalités comme d’autres harmonisent chrysanthèmes et branches d’abricotiers. Et Miso Soup de sculpter chacune des tracks avec la préciosité d’un bonsaï, la rigueur minimaliste d’un haïku. Japonisant sans conteste jusque dans son nom de scène, allusion à la cuisine nippone dont il s’inspire pour créer sa musique « une touche de ci, une pincée de ça » autant qu’au roman Miso Soup de Ryu Murakami.

Une richesse culturelle assumée que le compositeur alimente aux sources des manga et anime, citant son top 5 d’influences comme d’autres des mantras salvateurs :

  • #1 Evangelion (Hideaki Anno/Yoshiyuki Sadamoto)
  • #2 Cowboy Bebop ( Shin’ Watanabe )
  • #3 Samourai Champloo ( Shin’ Watanabe )
  • #4 One Piece ( Eiichirō Oda )
  • #5 Code Geass ( Clamp )

 

Deux ans de travail, de recherches, de remises en question, de tâtonnements en quête de cet équilibre. Et l’album de frissonner de ces sources, de ces interrogations multiples, comme une nef spatiale s’animant soudain, vibrant de chaque tôle alors que l’acier devient plume. « Tadaima” introduit cette geste cosmique sur des synthés désincarnés dont le son progressivement se densifie, « Marshmallow » s’enroule autour de vous comme autant de tentacules séductrices, légères comme une onde, « Mushi » se veut une comptine nocturne dans un jardin illuminé de lampions pastels, « Yo Neechan » casse cette douceur mélancolique avec les accents guerriers du rap de Sama.

Tout en rupture de style et de tonalités se succèderont « Cauliflower Mosaic Virus », « March of the Reborn”, “The Answer” où Noone s’invite, ami de toujours et initiateur qui fit découvrir la scène lyonnaise à Miso Soup fraîchement débarqué de sa Bourgogne natale, il y a plusieurs années. « Forgiven » débute comme un lamento pour muter en revanche farouche tandis que la douce voix de Screenatorium se fait plus mordante, « Maru Batsu » abat la carte du robotique, à la limite de l’indus.  

Le tout repose sur le formidable « Drumble », une chevauchée fantastique et tournoyante au cœur d’un océan enragé d’astéroïdes lumineux qui sépare l’album en deux comme une cassure du temps, un tsunami sorti des profondeurs pour éclabousser les cieux d’un éclat de rire. « Hanami » vient conclure cette collection d’estampes délicates sur une balade cristalline, comme une goutte de rosée déroulant son prisme le long d’une corole, une fleur de soie irisant un kimono pâle qui s’anime au vent du crépuscule quand le monde tranquillement s’efface dans la pénombre.

Illustré par Anaïs Chevillard aka Noon, Hanami s’avère lumineux dans la production plus sombre du label Bee records. Un tournant ? Peut-être. L’adoubement d’un très grand musicien ? Sans conteste.

 

 

Et plus si affinités

http://cd1d.com/fr/album/hanami#

http://www.beerecords.com/eng/shop_eng.htm^

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.