Me Myself(ie) and I : zoom sur l’autoportrait 2.0

Le selfie qui finit mal, dévoré par un crocodile, écrasé au pied d’un gratte ciel ou une balle dans la tête, on en parle à longueur de news, pour fustiger le cyber nombrilisme débile et dangereux dont témoignerait cette pratique ô combien narcissique. Le conditionnel vous étonne ? Il est pourtant de mise, car une fois de plus les choses ne sont pas si simples ni négatives, et Stéphane Carrel s’emploie à le démontrer au travers de la série Me Myself(ie) and I, diffusée sur ARTE Créative et produite par Drôle de trame.

En cinq épisodes de six minutes environ chacun, le réalisateur explore les dessous artistiques et sociétaux d’un geste et d’une attitude qui ont conquis la planète. Vanité des vanités ? Ou plutôt intégration dans une cyber communauté, partage d’un instant d’exception ? Regard démultiplié sur le monde ? Assimilation d’un milieu dans lequel on évolue, sur lequel on appose sa griffe ? Les questions sont multiples, qui mettent en exergue les motivations et dévoilent un énorme potentiel.

Philosophes et sociologues passent ainsi le phénomène au crible avec objectivité et une approche surprenante, tandis que les artistes s’en emparent afin d’en exploiter les possibilités esthétiques. Ce n’est pas une première : depuis longtemps l’autoportrait a quitté les ateliers de peinture pour descendre dans la rue via le photomaton. Il suffit d’une simple cabine posée dans l’espace public pour inviter le quidam à exacerber son imaginaire, en jouant avec son propre reflet, parfois avec un grand talent.

Intelligemment séquencé, vif, coloré, intuitif, ironique sans malice, pertinent toujours, le travail de Carrel s’appuie sur les témoignages et les explications de spécialistes et de créatifs qui révèlent les possibilités infinies sommeillant dans le selfie et ses occurrences. On ressort de cette énergique analyse avec beaucoup moins d’apriori, beaucoup plus d’idées, et l’envie, qui sait, d’explorer plus avant ce labyrinthe magique, où l’on réinvestit le monde et soi-même à coup de filtres farfelus, du bout de sa perche pointée vers le ciel.

Et plus si affinités

http://creative.arte.tv/fr/selfie

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.