MaMA 2012 : Lescop et Yan Wagner, découvertes Alias au Divan du Monde !

Cette année le MaMA a décidé de laisser la programmation d’une salle à un label pour la soirée du vendredi. Alias s’en charge avec brio: Yan Wagner, Lescop, Great Mountain Fire et Grems vont défiler sur la scène du Divan du Monde. Programmation simultanée oblige, je n’assiste qu’aux shows des deux premiers protégés Alias avant de filer shooter General Elektriks à la Cigale. Le Divan se remplit doucement quand je m’installe face à la scène, où une paire de cymbales et un clavier côtoient des machines. Je ne connais pas les artistes jouant ce soir. Mes oreilles sont grandes ouvertes, prêtes à la découverte. Après tout le MaMA c’est aussi fait pour ça !

Yan Wagner

Yan Wagner, récemment programmé au festival des Inrocks, arrive accompagné de Rémy qui s’installe au clavier et Alexandre aux machines. Les trois jeunes ont de la prestance et présentent bien, c’est le moins qu’on puisse dire. Une pulsation légère se répand dans la salle, la musique électrique a une sonorité aérienne où la voix grave de Yan se pose avec douceur. Avant le morceau « Love sick » le chanteur descend de scène et chante dans la salle, il circule parmi les spectateurs. La proximité créée est intéressante, je suis plus habituée à voir les lead singers descendre pogoter dans la salle déchaînée.

Ici le chant est calme, apaisé et la foule ne quitte pas Yan des yeux qui me confie son micro le temps de remonter sur scène. Le set est court, 30 minutes, mais la découverte est agréable. Seul hic, les coups violents et assourdissants de cymbale ponctuant aléatoirement les morceaux. J’avoue ne pas avoir saisi l’intérêt musical de ce bruit perturbateur dans le rythme des morceaux, et aurais souhaité pour mes douces oreilles une utilisation moins fréquente de cette attaque sonore.

Le trio quitte la scène et Yan Wagner laisse place à Lescop, aperçu au festival Fnac Indétendances sur le parvis de l’Hôtel de Ville cet été, programmé il y a peu au festival des Inrocks et jouant jeudi prochain à la Flèche d’Or pour les 60 ans de la marque culte et classe Fred Perry.

Lescop

Un monsieur à l’actualité musicale bouillonnante avec un album éponyme sorti en octobre 2012. J’accroche dès les premiers titres surtout avec « La Nuit Américaine » puis « Hypnose » me conforte dans mon adhésion. Une dimension pop électro dansante se développe avec le morceau « La Forêt ». Un EP du même nom avait déjà popularisé ce titre et la salle comble suit Lescop sur le refrain. Pour finir mon relevé musical enthousiaste « Un Rêve » penche du côté pop rock et des frissons électriques parcourent la salle où l’on danse avec plaisir. Mais il est déjà temps de se quitter, et comme Yan, Lescop sort de scène après 30 minutes de set. Après avoir applaudi comme il se doit je quitte le Divan pour investir la Cigale où General Eletriks va bientôt démontrer la pleine utilité du sol sur ressort dans la fosse.

Cette soirée AliasNite fut belle, je n’ai pas tout vu des découvertes du label, ces deux artistes méritent en tout cas l’attention qu’on leur accorde et je vous recommande une écoute relâchée de leurs morceaux, Yan et Lescop sont deux chanteurs de talents !

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.