Les contes des 1001 séries : Grey’s anatomy … Docteur, docteur, je vous aime !

Il était une fois un hôpital. Mais pas un hôpital banal. Le top de l’hôpital. Celui qui a un personnel (presque) uniquement réservé aux top modesl et aux beaux gosses ténébreux.
J’imagine, cher lecteur, qu’avec ces quelques mots « HOPITAL », « TOP MODEL » et « BG », tu as déjà une petite idée de ce que les contes des 1001 séries vont traiter cette semaine. A vrai dire il y a deux noms qui ont dû jaillir de ton esprit. Je ne vais donc pas te laisser dans le doute plus longtemps, cette semaine je te parle de … Grey’s Anatomy ! (et non pas de Urgences, désolé à toutes les fans de Mr.Clooney).

Je ne pense pas avoir à réellement faire une longue explication à mes chères lectrices de ce qu’est cette série, je m’adresse donc à vous mes semblables masculins. Quèsaco que cet ovni qui passionne ces dames et laisse perplexe les maris ?! En faisant quelques recherches sur le sujet j’ai été surpris de découvrir le résumé du très utile site Allociné sur ce mystère. Selon ce dernier, la série repose sur le travail d’une jeune interne et de son intégration au sein du monde hospitalier, et du fait qu’il y ait une grande compétition entre les internes de la section chirurgicale de l’hôpital.

On ne peut pas dire que ce résumé soit faux, je dirais simplement que ceci résume les deux premières saisons de manière à peu près fidèle. Puisqu’il faut bien le dire, on parle plus de coucheries et de « relations humaines » que de médecine dans cette production vieille de 8 saisons. Je vais éviter de tomber dans la critique machiste débile qui consiste à dire « c’est de la merde pour gonzesse » même si il faut être lucide, cette série s’adresse majoritairement à un public féminin.

Pourquoi un tel succès ? Parce qu’il y a de l’amour et de l’espoir. Par espoir j’entends espoir qu’il y ait encore plus d’amour présent dans la série. A chaque couple se formant ou se séparant naissent trois intrigues amoureuses et ce cercle très vicieux a séduit plus d’un spectateur, ajoutez à ceci un brin de patriotisme américain, un soupçon de malheur de la vie et vous obtiendrez la seule série américaine capable de rivaliser en terme d’audience avec les sacro-saints Experts de Las Vegas. Et oui, il en faut peu parfois, on dirait pas comme ça mais en fait…

Grey’s Anatomy est une série sable mouvant, j’entends par là qu’elle est figée, grosso modo il se passe toujours la même chose, et même si on ne l’aime pas, qu’on se dit que c’est nul (ou pour les gonzesse) on continue de la regarder, parce que ça serait trop bête de pas savoir si la Meredith elle va épouser son docteur ou pas. En s’enfonçant dans ces intrigues amoureuses abyssales jusqu’au moment où on ne peut plus respirer, où on prend un peu de recul et on se dit qu’en fait elle est pas si bien qu’elle en a l’air (pour une série de 8 saisons).


Et plus si affinités

http://www.tf1.fr/greys-anatomy/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.