Les contes des 1001 séries : Community, série comique … et en péril ????

Puisque nous évoquions la semaine dernière le problème existentiel des rires enregistrés, laisse moi donc te parler, chère Delphine, d’une petite pépite humoristique. Une pépite, que dis-je ? Un joyau !

Un joyau qui gagne réellement à être connu, qui a foutu une grande et belle claque au monde des Tv shows ricains lorsque les premiers épisodes on été diffusés. Autant pour F.R.I.E.N.D.S. je t’emmenais sur les chemins des séries de légendes, là par contre c’est une tout autre histoire. Je vais te parler de Community, série américaine produite par NBC avec seulement deux saisons au compteur et malheureusement ça sent déjà la mie de pain rassie pour leur matricule, puisque même si elle entamera en septembre sa 3ème saison, on peut dire que la reconduction du contrat par les costards cravates à la tête de la chaîne a été une belle surprise (elle a perdu des parts d’audience importantes sur la fin de l’année dernière à cause de plus grosses séries qui vivaient leur dénouement).

On avait commencé ce conte des 1001 séries en douceur, sans trop bouleverser ton esprit occupé ailleurs, mais là, ça va dépoter. Schéhérazade, elle est sympa, elle est gentille, mais elle ne sauve pas de série en déperdition d’audience donc là je me vois plus en templier sanguinaire protecteur de la sainte Zapette. Et je vais te donner les 3 raisons qui feront que premièrement tu regarderas au moins le premier épisode et que deuxièmement, après deux ou trois jours d’hibernation où tu auras regardé les deux saisons, tu écriras un email enflammé à la NBC pour les supplier de faire vivre la série le plus longtemps possible.

La première est très simple, c’est drôle. Tu le remarqueras très rapidement, cette série ne fait pas dans l’humour lourd (ricain) mais elle table sur des situations comiques bien plus subtiles que la plupart des séries contemporaines. Je préfère te laisser découvrir par toi même le cadre unique de l’environnement dans lequel les personnages évoluent mais saches juste que le thème principal de cette série est la fac publique américaine.

Quant au casting, puisqu’on en parle, il est monté de telle manière qu’on retrouve à peu près tous les clichés de la société américaine. Bien sûr il y a un blanc péteux, manipulateur, un ado d’origine arabe complètement tapé vivant dans sa bulle et comparant sans cesse la vie à toutes les séries télés qu’il peut connaître, une Mama afro supra croyante qui se bat pour élever ses enfants, un ado afro ancienne star de son lycée parce que capitaine de l’équipe de foot, une première de la classe coincée qui fait presque de la peine tellement elle est naïve, un vieil homme pervers et bourré de préjugés qui vient passer sont temps à la fac pour tenter de tromper la mort et enfin une fille mal dans sa peau qui essaye comme elle peut de prouver que l’Homme n’est pas nécessairement obligé de devenir une sorte de « connard façonné par une société pleine de travers », à l’occasion elle se bat aussi contre l’injustice humaine. Attention, ces personnages sont peut-être des clichés, mais ce ne sont pas des caricatures.

Et je peux t’assurer que les connexions, liens, sentiments qui surgissent au fil des épisodes entre ces personnages sont plus succulents et surprenants les uns que les autres. Ces relations justement parlons-en, elles constituent une autre raison qui me pousse aujourd’hui à sortir le glaive. Elles sont bien sûr le fruit du labeur des scénaristes qui s’en donnent à cœur joie au niveau de l’écriture. C’est fin, subtil et tellement fou. Ils créent des situations irréelles qui prennent une ampleur fabuleuse dans le cadre d’une fac publique, c’est simple dans Community tout est possible. Sans trop te spoiler l’affaire, tu peux tout de même passer d’un épisode de zombie à  un épisode ou règne une sanglante  guérilla à base de paintball…

Enfin le must du must dans Community ça reste les parodies et l’incroyable nombre de références lancées à l’industrie cinématographique et au monde de la série. C’est réellement délectable, je pèse mes mots, de voir une série qui ne sonne pas creux (une série intelligente !) ; au lieu de faire table  rase du passé en ignorant les autres séries, les concurrentes, celle ci les intègre et les désintègre. Personne n’est épargné, et c’est tant mieux.

Fun fact : prends ta souris et ton clavier google-ise community et va voir le site de la série, il est tordant.

Post fun fact : Les personnages de la série existent sur Twitter. Et ils twittent.

 

Et plus si affinités

http://www.nbc.com/community/

http://www.alloshowtv.com/series/details_s.php?id=UEYI900848DPPND&cat=S

http://twitter.com/#!/nbccommunity

 

Les contes de 1001 séries : Friends … aux origines de la sitcom ?

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.