Lassurance-obseques.fr : le funéraire, une culture en mutation

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Et là vous vous dites que The ARTchemists déménagent sévèrement, à compter parmi leurs partenaires un site spécialisé dans les assurances obsèques et le secteur de la mort … Certes à première vue, cela peut sembler glauque, voire sinistre. Mais il y a un « mais », de taille. L’ère moderne a ensauvagé la Faucheuse, comme l’a du reste très bien explicité Philippe Ariès dans sa monumentale étude intitulée L’Homme devant la mort. Cependant ce n’est pas parce que l’on s’éteint désormais dans le secret des hôpitaux pour rallier ensuite des cimetières exilés au pourtour des villes, qu’on ne meurt plus.

Au contraire, la Camarde continue son petit bonhomme de chemin, nous emmenant ad patres et souvent avant terme avec la régularité pépère d’une mécanique bien huilée, inexorable. Le marché du funéraire se porte donc au mieux alors que la population vieillit, et se diversifie. Bye bye l’enterrement classique avec curé, bénédiction et passage à l’église, … aujourd’hui mixité sociale et culturelle oblige, on rend les derniers hommages selon une variété impressionnante de traditions et de cultes, qui modifie le paysage initial de nos cimetières.

Quant à l’individualisme actuel, il se traduit par de nouvelles approches, des innovations parfois insensées dans les accessoires, l’esthétique des tombes, l’orchestration des funérailles. On peut désormais rejoindre sa dernière demeure en moto, conserver ses cendres dans un disque, les répandre dans la stratosphère … Les funérariums emboîtent le pas, deviennent des lieux de vie, s’adaptent aux besoins, ainsi l’essor de la crémation, bientôt suivie dans un avenir proche par d’autres modes de traitement du cadavre, afin de répondre à des impératifs écologiques. Car oui l’activité funéraire pollue, et cette prise de conscience est en train de révolutionner les mœurs, tout en ouvrant un champ de recherche et d’expérimentation incroyable, qui se heurte à une législation d’un autre temps.

En parallèle, le numérique chamboule les us et coutumes, abolissant les frontières, … allant jusqu’à ranimer les morts ? Bref le monde du funéraire est en pleine mutation, tandis que notre conception du trépas, doucement, se transforme. C’est cette mutation que lassuranceobseques.fr scrute, d’article en article, pour donner à ses usagers les clés nécessaires au décryptage d’une réalité polymorphe fascinante par sa richesse et ses implications. Ce champ d’observation, nous allons vous le donner à voir, en relayant régulièrement les parutions de ce site de qualité, fondé il y a quelques années dans des circonstances tragiques. Car n’allez pas croire qu’il s’agit ici de racoler sur le malheur du deuil, le chagrin de la perte.

Pierre, initiateur de ce projet, l’a façonné pour répondre à une problématique qu’il a lui même vécue : la disparition d’un être aimé, la détresse des survivants soudain confrontés à l’inéluctable, obligés néanmoins de prendre à bras le corps démarches administratives, négociations commerciales et financement délicat. La mort est un marché avec ses intervenants, ses lois, ses règles, ses tarifs, qu’on ignore, qui s’imposent au moment où l’on est le plus démuni. L’objectif est donc de décortiquer ce cadre, cette réalité économique et institutionnelle pour épauler ceux qui y sont confrontés. A l’heure des grandes métamorphoses digitales, cette lecture s’impose comme un éclairage essentiel.

Et plus si affinités

https://www.lassurance-obseques.fr/

Enregistrer

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire