L’actu trucmuche de Tata Dedel : Semaine du 7 au 13 décembre 2020

Bon donc on se lance : voici la première bouture de l’actu trucmuche de Tata Dedel (et pour ceux qui ne comprennent pas le titre, merci de relire/écouter l’article de présentation, faut suivre un peu dans le fond, c’est quoi ça!).

Le principe donc :

  • 7 actus glanées dans le tsunami hebdomadaire des réseaux sociaux saturés d’une chiée de bad news, snack contents et autres articles pute à clic.
  • Des infos extraites de médias sérieux (faut espérer du moins) portant sur le business culturel et artistique, en lien avec le marketing, la comm’, les marques, bref le côté développement de tendances toussa toussa …
  • Pourquoi je les ai choisies, ce qu’il y a à en retenir selon moi, et éventuellement des perspectives pour l’avenir (oui, je suis la grande Madame Irma qui voit l’avenir dans sa boule de cristal digitale, non mais quelle blague).

La méthode :

  • Le titre de l’article ainsi que le lien et une petite phrase d’accroche qui résume le tout, comme ça vous pouvez/allez le lire (arrêtez de diffuser des articles sur la toile juste à partir du titre, zut, c’est pas possible, ça, lisez les textes, merde, vous êtes bigleux au point de pas pouvoir déchiffrer un texte ??? Ça c’était un petit mouvement d’humeur typiquement tatadedelien) ;
  • Des ch’tites bullet points pour synthétiser mes analyses (qui valent ce qu’elles valent) ;
  • La version plus étoffée à l’oral en podccast.
  • Le tout en mode licorne (là aussi consulter l’article précédemment publié) avec dynamisme, humour et une petite pointe d’ironie mais juste un peu sinon, on va encore me traiter de révolutionnaire anar …

Allez c’est parti !

1. Le futur de la musique est dans les réseaux sociaux, pas dans le streaming

« Les abonnements aux sites de streaming contribuent à hauteur de 8,5 milliards de dollars par an à l’industrie du disque – mais elle pourrait connaître sa plus forte croissance grâce aux réseaux sociaux, aux jeux et au fitness. »

https://www.rollingstone.fr/le-futur-de-la-musique-est-dans-les-reseaux-sociaux-pas-dans-le-streaming/?fbclid=IwAR0kw4FX7xxqOgTU5OH3kBJ1dFderpm8kGK4xJulS2QDrgfylyRO9eWOuBA

A retenir :

  • Le streaming ralentit.
  • L’avenir de la musique serait dans les réseaux sociaux.
  • En perspective, les partenariats avec les grosses plateformes, et plus spécifiquement le livestream, les jeux vidéo, le fitness
  • Pour l’instant ce sont les grosses maisons de prod qui en profitent, Warner en tête.

En ligne de mire :

  • L’union fait la force : rassembler, multiplier les partenariats pour constituer des forces de négociations
  • Organiser des lives en fédérant les labels, les artistes … ce qui a déjà eu lieu dixit le succès du festival Je reste à la maison.
  • Penser la monétisation de ces events.
  • Investir le jeu vidéo comme un nouvel espace festivalier.

2. Ikea arrête d’imprimer son célèbre catalogue

« Le géant suédois du meuble vient d’annoncer, ce lundi 7 décembre, que le numéro de 2021 du célèbre support de communication « sera le dernier à être distribué ». 

https://www.businessinsider.fr/ikea-arrete-dimprimer-son-celebre-catalogue-186030?fbclid=IwAR3kTj7pNvTm55T1updAUwcm5rZnEpok1MO7b-BTk2l4lV2x4jm3w0RE0hU

A retenir :

  • Le papier se meurt, le papier est mort … Ikea lâche son catalogue en réel après 70 ans de bons et loyaux services pour miser sur le numérique.
  • Déjà cette année, plus d’envoi par la poste.
  • Édition 2020 tirée à 40 millions d’exemplaires, diffusion dans 50 pays et 32 langues, le catalogue était un symbole du triomphe de la marque ,de sa portée mondiale.

En ligne de mire :

  • L’objectif est de toucher une cible plus jeune, connectée, qui veut vivre une autre expérience client, et qui faut le dire clairement privilégier le smartphone pour faire ses achats.
  • Bon que vont devenir les pauvres gus non connectés, les personnages âgées pas forcément adeptes du tout digital ? Et les collagistes adeptes du recyclart soudain privés d’une source d’inspiration et d’images incontournables ?
  • Conservez précieusement votre dernier spécimen, récupérez ceux qui traînent dans votre débarras, ils sont désormais collectors et pourraient valoir très chers d’ici quelques années.
  • Catalogue en ligne ok, par contre Ikea, t’as intérêt à être inventif pour rendre ça vivant, parce qu’on va vite se lasser.

3. La nouvelle tendance : regarder des films et séries en streaming… chacun chez soi mais en groupe – France Inter

« Disney+ a annoncé cette semaine l’arrivée d’une nouvelle fonctionnalité permettant de regarder un film ou une série dans une « séance groupée » et synchronisée entre plusieurs utilisateurs – une tendance qui a pris son envol notamment pendant le confinement ».

https://www.franceinter.fr/emissions/net-plus-ultra/net-plus-ultra-02-octobre-2020?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1601612006

A retenir :

  • C’est donc Disney + qui fout le bordel dans le monde pas si calme du streaming avec une fonctionnalité facilitant les séances de visionnage synchronisé. Traduction : on peut voir un film à plusieurs en étant chacun chez soi, commenter, partager, réagir …
  • C’était déjà le cas sur Facebook et Amazon Prime Vidéo, cela se généralise donc aux USA, avec la France dans la foulée, manquerait plus qu’on soit en retard.

En ligne de mire :

  • Les plateformes de VoD vont désormais se concurrencer non plus seulement sur la prod de films et la singularité des catalogues mais sur les petits plus technologiques visant à améliorer le visionnage et à en faire une expérience commune.
  • Ce sont les salles de cinéma qui peuvent s’inquiéter (déjà qu’elles se pris la pandémie en pleine tête) ; la Vod permet en effet de commenter un spectacle quand une diffusion en réel dans une salle impose le silence et la mise au silence du smartphone.
  • Améliorer le visionnage … c’est à voir, je le sens bien l’effet « poisson rouge » + « syndrome du canapé » ; on va plus se concentrer sur la cacophonie des commentaires que sur le film lui-même (déjà qu’on a le phénomène multi-écrans, on visionne un film sur la télé, smartphone en pogne, et à la fin on est infoutu de se rappeler de ce qu’on a vu).
  • Pour capter l’attention des spectateurs, scénaristes et réalisateurs vont devoir rivaliser d’ingéniosité pour pondre des histoires ultra-accrocheuses.

4. L’addiction aux smartphones ne serait pas liée aux notifications

« Dans leur expérimentation menée auprès de 37 personnes âgées de 25 ans en moyenne et basées au Royaume-Uni, en Allemagne et en France, les chercheurs ont relevé que 89 % des interactions avec les téléphones étaient spontanées, tandis que 11 % étaient déclenchées par une alerte ».

https://www.presse-citron.net/laddiction-aux-smartphones-ne-serait-pas-liee-aux-notifications/

A retenir :

  • Ça y est, c’est dit, plus besoin des notifications pour consulter son smartphone de manière compulsive. Le chien de Pavlov est désormais officiellement has been ! Plus besoin de sonnerie, on salive tout seul, c’est pas beau, ça ?

En ligne de mire :

  • On est bien dans la merde, vu que l’ensemble du commerce se smartphonise vitesse grand V.
  • Les marketeux doivent se frotter les mains … et les pros de la desintox numérique également ! Va quand même falloir ramer pour pondre des campagnes qui accrochent parce que là, le poisson rouge, il est sous coke, il en demande toujours plus, donc va falloir suivre … tout en fournissant de la qualité. Bonne chance !
  • Il y aura forcément un revers de bâton, un « back to the human life » parce que nous sommes dotés d’un cerveau qui a quand même accouché des pyramides … et qui va craquer.

5. Black Friday : Amazon critiqué à travers la France

« Le 4 décembre 2020, une étude sur le e-commerce et l’emploi arrive à la conclusion qu’entre 2009 et 2018 les plateformes marchandes auraient détruit 82 000 emplois en France. Le commerce de détail non alimentaire a subi 114 000 suppressions nettes. Bien que 32 000 postes aient été créés dans le commerce de gros, le résultat est sans appel : le modèle Amazon détruit des emplois. »

https://siecledigital.fr/2020/12/04/amazon-france-black-friday/

A retenir :

  • Bon, ça commence à se chiffrer nettement, Amazon (et ses petits camarades jeux) bousille des emplois (robotisation, gros turn-over, intérimaires …).

En ligne de mire :

  • Qu’est-ce qu’on fait des gens restés sur le carreau ? Quelle reconversion possible ? Pour quels jobs ? Car la question de la robotisation se pose partout.
  • Comment faire pour stopper un géant qui occupe un terrain ultra favorable (Covid, fermeture des commerces de proximité, catalogue très complet, facilités d’utilisation, de paiement, de livraison …) ?
  • Éduquer le consommateur, ok, mais par quel moyen ?
  • Est-ce qu’on ne pourrait pas élargir l’horizon ? Vendeur, caissiers, magasiniers, ces jobs vont se réduire … quels nouveaux métiers apparaissent à la place ? Quelle formation ? Qui peut y accéder ?

6. Loewe mêle l’art et l’expérience avec deux inaugurations en grande pompe à Paris et Madrid

« Malgré le contexte très particulier de 2020, Loewe a inauguré de nouveaux espaces au cours de l’année, à Munich, Kumming (Chine), Dubaï et Singapour, ainsi que deux boutiques éphémères à Ibiza et Saint-Tropez. Paris vient maintenant rejoindre cette liste ».

https://fr.fashionnetwork.com/news/Loewe-mele-l-art-et-l-experience-avec-deux-inaugurations-en-grande-pompe-a-paris-et-madrid,1264869.html

A retenir :

  • Il y a encore des marques qui arrivent à ouvrir des commerces en réel, eh oui !
  • La marque de luxe espagnole fait comme les autres, elle jongle entre une offre numérique d’avant-garde et la préservation d’un certain standing au niveau de ses flagships.
  • Design, éclairage … et des œuvres d’art partout dans le périmètre.

En ligne de mire :

  • Tu veux te distinguer ? Deviens mécène. Mets avant de l’art, dans tes boutiques, ton siège social … ça prouve que tu as bon goût, que tu soutiens les créateurs car tu les comprends, ça couvre du linéaire, bref c’est trendy, la recette fonctionne du feu de dieu depuis les Médicis.
  • Ce qui serait encore mieux, c’est de soutenir des jeunes artistes, pas des pionniers. Les pionniers côtés chez Artprice n’ont pas besoin de visibilité, les jeunes en revanche, faut qu’ils bouffent. Si tu veux être un Médicis dans l’âme, repère et soutiens des jeunes.

7. Une paire de baskets unique vise le million de dollars aux enchères

« (AFP) – Une paire de baskets unique conçue par l’équipementier Adidas et le fabricant allemand de porcelaine Meissen pourrait devenir la première à atteindre le prix d’un million de dollars à l’issue d’une vente organisée par la maison Sotheby’s, estime cette dernière ».

https://fr.fashionnetwork.com/news/Une-paire-de-baskets-unique-vise-le-million-de-dollars-aux-encheres,1264988.html

A retenir :

  • C’est une première, un test qui pourrait bien faire bouger le marché et les prix de négo des modèles collector.
  • Les marques de sneakers jouent de plus en plus la carte de la création unique et du partenariat de prestige.
  • Les paires se négocient dans les salles de vente les plus célèbres pour des sommes de folie, exactement comme des tableaux de maîtres, ce qui veut dire qu’il y a des collectionneurs passionnés … et des investisseurs futés.

En ligne de mire :

  • La culture sneaker est-elle en passe de devenir le 11eme art, contestant ainsi la place au tatouage ?
  • Je serais curieuse de savoir comment la paire de basket a été fabriquée, avec quel cuir, par quel artisan. Si c’est un modèle de base sorti d’usine et orné par un artisan ou si toute la chaîne de fabrication relève d’un savoir-faire unique … juste comme ça.