La Chute : Les derniers jours de Robespierre vus par Jacques Ravenne

Le monsieur s’est singularisé par son amour pour Sade, les romans composant la saga Marcas, flic franc-mac, la fresque Soleil noir et une contre-enquête détricotant l’univers de Dan Brown. Dernièrement c’est sur les ultimes moments de l’Incorruptible que Jacques Ravenne, Jacques Ravaud dans le civil, a jeté son dévolu avec le trépidant La Chute : Les derniers jours de Robespierre.

Soit 270 pages environ qui relatent avec rythme et précision les 48 heures durant lesquelles cette figure incontournable de la Révolution française va passer du statut d’homme politique vénéré et tout puissant à celui de cadavre fraîchement guillotiné, balancé nu avec ses fidèles dans une fosse anonyme pour y être rongé par la chaux vive. Comment cela a-t-il pu advenir ? Pourquoi ?

En évoquant chaque étape de cette dégringolade, en suivant minutieusement cette chronologie, c’est une véritable partie d’échecs que l’auteur met à jour, avec d’un côté un Robespierre bien décidé à purger le paysage politique de la Convention pour emmener la révolution vers ce sommet de vertu auquel il aspire, de l’autre des députés qui n’ont pas du tout l’intention de finir sous le couperet de la guillotine.

Couperet qui ne chôme pas en cette période de Terreur où l’on trucide à tour de bras, pour éradiquer les ennemis du peuple, mater les villes séditieuses, étouffer les éventuels complots, faire taire les opposants, punir les traîtres à la patrie … Et traître à la patrie, il suffit de peu pour l’être, avec à la clé une arrestation, une incarcération, un passage express devant le tribunal révolutionnaire, puis une petite balade en charrette jusqu’à l’échafaud.

C’est cette précarité, cet équilibre instable que Ravenne met en évidence, décrivant un Paris où les rumeurs vont bon train, où plus personne ne se sent en sécurité, où il suffit d’une confidence pour déclencher la panique. La panique de trop, qui emportera tout sur son passage y compris la Révolution qui ne se remettra pas de l’exécution de Robespierre et des siens, ultimes remparts face à la corruption, aux appétits de pouvoir.

Jamais Ravenne ne juge, il met en évidence une mécanique de la catastrophe qui en dit long sur la rapidité foudroyante avec laquelle les cartes peuvent être redistribuées, les forces brutalement recalculées. Il donne à voir comment se calcule une stratégie, la manière dont les alliances se mettent très vite en place, avec des perspectives à court et à long terme, dont elles explosent sur un simple mot prononcé, une attitude, un regard …

Son récit, fracassant, donne le tournis, tandis qu’il décrit la violence physique, psychologique, verbale qui règne dans cette capitale sous tension. Une fiction ? La bibliographie qui clôt cet ouvrage atteste de la véracité des faits rapportés, et cela fait peur. Car on comprend que dans cet univers, il ne peut, il en doit pas y avoir de pitié.

Et plus si affinités :

https://www.lisez.com/livre-grand-format/la-chute/9782262082284

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.