Jésus – La grande aventure de la nourriture : l’impertinence de l’estomac !

Je ne sais pas vous, mais je n’en peux plus de la foodporn : d’un côté, les photos guillerettes de plats multicolores et visiblement bien gras balancés à longueur d’Instagram, les recettes filmées comme des tours de magie, les influenceurs saisis dévorant des pizze et des glaces délirantes et pas forcément des plus naturelles … de l’autre les confessions de certains internautes sur le régime detox, les dernières formules de healthy smoothies, les aliments à ne surtout plus ingérer si on veut survivre … Pitiéééééééééééééééééééééééé ! A l’heure du numérique, il est de plus en plus difficile de manger avec les yeux, et sans un minimum d’explication.

Gavés que nous sommes de contenus culinaro-visuels, il était temps qu’une publication nous rappelle que manger est un acte sociétal, imprégné de raisonnement autant que d’instinct, un fait de culture, je dirais même de cultures. Et la team de Jésus et Gabriel a décidé d’agir en propulsant le brûlot Jésus Magazine à la face du monde comme un grand cri de révolte du système digestif et du cerveau. Eh oui, manger n’est pas qu’un acte biologique qui consiste à recomposer les,s forces organiques en absorbant des aliments, c’est aussi un positionnement, une stratégie, une volonté. Et pas forcément des plus nettes.

Désireux de redonner du sens à leur taff de pubard, Jésus, Gabriel et les autres apôtres de la comm’ ont donc dégainé leur plume pour pondre les quatre premiers opus d’une série que l’on souhaite longue et fournie. Et si possible toujours aussi impertinente et rentre dedans. Nos loulous foncent tête baissée dans les sujets qui fâchent : le goût pour la viande, l’épopée des truffes, la gastronomie vs la malbouffe, le rapport des politiques à la bouffe (le portrait de Chirac le dévorateur est à ce titre saisissant) … portraits de professionnels, d’agriculteurs, de restaurateurs viennent se mêler à cette approche précise comme une thèse mais boostée comme une page de Lydia Lunch. C’est intelligent, impertinent, original, bref ça change.

Si les textes sont comme rédigés sous speed, que dire de la mise en page, totalement stoned ? Positionnement des photos, restitution de l’image, rapport visuel/ texte, tout est fait pour donner à la publication la qualité d’une édition de luxe, à conserver d’autant plus jalousement que la carte de la transversalité est ici visionnaire : nourritures du futur, stratégies de comm’ pour transformer les bouchers en rock stars, joies du cannibalisme, il y en a trop pour que je résume. Le mieux est que vous mettiez le nez dans cette corne d’abondance, ce festin gargantuesque ! Et attention : aucun risque d’indigestion, par contre vous avez toutes les chances de devenir accro, mais rassurez-vous ça ne fait pas grossir, excepté vos rayonnages de bibliothèque !

Merci à Tom Villaret qui m’a fait découvrir ce beau projet.

Et plus si affinités

http://jesusmagazine.tumblr.com/

https://www.facebook.com/JesusMagazineOfficiel/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.