Japan Expo 2013 : Maid café, quelques grammes de kawaii dans un monde de brutes

Ceux qui suivent nos aventures en direct live le savent, la jap culture demeure un de nos sujets de prédilection, largement alimenté par les chroniques manga hebdomadaires de notre otaku Chris. Rendez-vous obligé : la Japan Expo dont nous avons abordé la session 2013 sous l’angle du néophyte puisque c’est votre humble servante qui s’y est rendue, encerclée d’une armée de cosplayers dans le RER qui la menait au Parc des expos de Villepinte. Et le problème justement, c’est que mon rapport à la jap culture se limite à Kurosawa, Mishima, les saruka en fleur, les sushis et Albator.

Minimaliste donc pour embrasser l’étendue des prods manga qui s’étalaient sur l’ensemble des bâtiments, dans un brouhaha terrible. Bref au bout de dix minutes j’étais paumée, avec en face de moi des interlocuteurs nippons parlant très mal le français et l’anglais. Vu ma pratique du japonais, on n’a pas pu beaucoup communiquer excepté par gestes et par rire (ça on a bien  rigolé, j’avoue). Donc au niveau manga, je vous le cache pas, j’ai fait chou blanc (pas grave y a Chris qui veille au grain).  Du coup je me suis vite orientée sur d’autres chemins, et notamment ces rencontres souvent hilarantes, sincères et très respectueuses (les japonais ont beaucoup de reconnaissance pour les webzines, les considérant avec sérieux et comme des vecteurs d’info fiables).

Première rencontre donc, les soubrettes du maid café. Le maid café, c’est ça :

Ici un stand parmi tant d’autres, au Japon une institution qui se situe sur la grande déclinaison des nuances kawaii (à ne pas confondre avec le fameux service tel que Chris nous l’exposait il y a peu). Pour ressituer, le kawaii désigne tout ce qui est mignon. Non, oubliez l’option enfance à tétine/kitty jolie. Le kawaii est essentiel dans un univers ouvert aux déchainements naturels entre séismes, tsunami et éruptions volcaniques.

Ajoutez-y une civilisation peu expansive et le souvenir d’Hiroshima, et vous aurez un terreau suffisamment fertile pour que s’y implante la kawaii culture dont nos petites maids sont les ambassadrices, avec quelques difficultés dans nos terres occidentales où certains messieurs auraient tendance à se tromper d’attitude en jouant les machos possessifs.

Corrigeons immédiatement le tir, comme elles l’annoncent dans cette vidéo de présentation, ces demoiselles fournissent ici un service humain de rencontre, d’échange comme cela se pratique au Japon où personne n’envisagerait de leur manquer de respect. Gâteaux, thé, mascotte en forme de chat noir, décor rose, chant, danse, et un bon coup de katana s’il le faut, les maids tissent du lien social, au même titre que les généreux fournisseurs de free hugs.

Explication par Reina, meneuse de ce Maid Café spécialement organisé pour la Japan Expo ; tendez l’oreille, elle a une toute petite voix de poupée et le hall du parc des expos est vaste et très bruyant :

Un grand grand grand merci à Reina et ses camarades pour leur accueil. Et vivement le 1er maid café hexagonal ?

Album photos : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.482869038458696.1073741846.114156521996618&type=3

Et plus si affinités

https://www.facebook.com/MaidCafe.GGL