Françoise et Dominique Dupuy – Album : tranches de vie chorégraphiques d’un duo artistique amoureux

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

La maison d’édition arlésienne Analogues vient de publier le magnifique ouvrage proposé et designé par Nicole et Norbert Corsino au titre on ne peut plus sobre, Album, constitué d’une considérable série d’images espacées de pages blanches occupant 170 feuillets sur les 192 de la totalité, le tout dédié au travail de chorégraphe de Françoise et Dominique Dupuy.

Pour une fois, pourrait-on dire, les photos sont illustrées par un texte, et non l’inverse. Celui-ci, relativement bref mais dense, est signé Eugenia Casini Ropa, spécialiste des arts du spectacle à l’Université de Bologne et historienne de la danse. La postface des Corsino et l’analyse de l’experte sont traduites en anglais. La liste de trente-deux ballets de F & D Dupuy suit l’ordonnancement analogique des images, indépendamment de la chronologie. Les crédits des photographes et des éléments bibliographiques et archivistiques servent de point d’orgue au livre.

Les photos, parlons-en. Leur choix a été négocié entre les danseurs-chorégraphes, les chorégraphes-vidéastes et Francine Zubeil. Elles sont pour la plupart en noir et blanc – celles en couleur se comptent sur les doigts d’une main et apparaissent estompées, pastellisées. De tous genres, de tous styles, de toutes qualités techniques, elles permettent néanmoins de se faire une idée des mouvements leur échappant nécessairement. Sans commentaire ou presque, les clichés sont supposés parler d’eux mêmes. C’est en tout cas de cette manière singulière que les Dupuy et les responsables de Scène 44 ont voulu évoquer, tracer ou retracer les temps forts d’une longue vie artistique conçue et vécue en duo.

Le dépouillement ascétique qui caractérise la danse exigeante des Dupuy et jalonne la carrière du couple (à la ville comme à la scène), on le retrouve dans la mise en page soignée du livre se passant parfaitement des habituels index, table des matières, anecdotes et récits censés « rendre vivants » les faits et gestes rapportés, susceptibles d’en déterminer le sens et, par là même, d’en limiter la portée. C’est au lecteur ou, plus exactement dans le cas présent, au regardeur, de se faire son idée sur l’œuvre de la sorte évoquée.

Les photos reproduites plein cadre, parfois sur deux pages entières, ont néanmoins valeur de « tranches de vie ». L’album, puisque album il y a, s’ouvre et se ferme sur les saluts d’une troupe costumée, bigarrée, une quinzaine d’artistes penchant la tête, pour la plupart avec humilité, hors Dominique Dupuy qui redresse le chef et fixe l’horizon, comme pour défier la postérité. Vers la toute fin de ce livre d’images, on trouve aussi un portrait resserré du couple, Françoise appuyant tendrement sa main sur l’épaule de son partenaire, le regard des deux étant dirigé vers le plus lointain hors champ.

Et plus si affinités

http://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=5949

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire