Film : Les Enfants du Paradis – Marcel Carné

Ok, Noël arrivant à grands pas, je me suis bien creusé la tête pour choisir le film que j’allais vous conseiller en mode Réveillon.

Je passe sur ce à quoi vous avez échappé : pas spécifiquement facile de distiller the Christmas spirit sans se farcir un Harry Potter, La course au jouet, Maman j’ai raté l’avion, Piège de Cristal ou L’incroyable Noël de Mr Jack. Oui mais non, j’avais envie d’autre chose, de quelque chose de magique, de beau, d’unique et d’un peu culturel en même temps et puis au hasard d’une ballade sur Youtube, je suis tombée sur ça :

Comment avais-je pu zappé ce classique des classiques ? Une leçon de séduction poétique et romantique en diable et cette phrase superbe : « Paris est tout petit pour ceux qui s’aiment comme nous d’un aussi grand amour » : Les enfants du Paradis, titre superbe qui désigne à la fois ce public populaire cantonné sous le plafond du théâtre et si prompt à la révolte et les personnages qui vivent ici cette valse amoureuse tragique.

Marcel Carné à la réal, Jacques Prévert au scénar, Arletty/Pierre Brasseur/Jean-Louis Barrault/Maria Casarès pour ne citer que les têtes d’affiche. Le tout filmé en 1945 dans plus pure tradition du film français de genre pour un blockbuster avant la lettre : 205 minutes de film réparties en deux épisodes, nominé aux Oscars dans la catégorie « Scénario original », un succès énorme, des décors, des costumes, des figurants, …

Bref du grand mais pas du lourd, puisque ce chef d’œuvre du cinéma français conte avec une émotion rare l’histoire d’amour impossible entre le mîme Debureau et la belle Garance le tout sur fond de Boulevard du Crime, de guerre des théâtres, et d’esprit révolutionnaire, parsemé de figures incontournables comme celle du poète assassin Lacenaire filmées dans un N/B neigé et ombré à la délicatesse irrisée.

C’est beau, magique, triste, … et ça n’a pas pris une ride.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.