Exposition « Être Libre » : quand Ben se paye Chamarande …

Et pas qu’un peu, mon n’veu ! C’est tout le rez-de-chaussée du château que Ben Vautier investit avec la tranquille audace de l’artiste fluxus, allant jusqu’à annexer l’orangerie attenante. Avec lui, l’art n’a pas de limites, de frontières, de préjugés. Partout il écrit son nom, même sur les parois pépères de ce fleuron architectural du XVIIeme siècle.

Et honnêtement, c’est raccord, une évidence. Ben, partout, est à l’aise pour casser les préjugés, délicieusement sans gêne, anar cool. Que ce soit à la Fondation du doute de Blois, sur une trousse d’école, dans une galerie d’art chic, dans la chair même des parois de la demeure du Chaos … Avec la quiétude du génie, il déroule ses petites sentences égocentriques, qui vous retournent gentiment le cerveau, vous chatouille les zigomatiques, vous épinglent la rétine.

A lire également : Histoire, magie et doute : trois facettes de la vie culturelle à Blois

Et dans les salles du château de Chamarande, c’est un délice de plus à savourer. Comme un PEZ qui explose en bouche avec un brin de LSD dedans. Distorsion du réel, des valeurs, des principes, des règles établies … « Encore du n’importe quoi », « Paris n’est pas le centre du monde », « Si mon égo est partout, il est aussi dans cette valise » … On se marre … et puis on se prend à réfléchir … et là c’est la prise de tête. « To change art destroy ego ».

A la catapulte, s’il le faut. Un jeu de massacre ! Ben Vautier écrit tout haut les réponses à ses questions d’enfant, et il casse méthodiquement nos petites bassesses, nos peurs, nos freins. Insupportable, charmant, en accord avec lui-même, il démolit … et si ça te plaît pas, visiteur, la sortie est là. Aussi simple que ça, et d’une rare efficacité. Dépouillé sur certaines œuvres, foutraque dans d’autres compositions, un brin coquin dans la pénombre d’une alcôve où sommeille l’âme d’un Pierre Molinier en résilles …

Que dire de plus, lecteur ? Si tu végètes dans la moiteur parisienne de l’été, masque-toi, prends ton RER C jusqu’à Chamarande Station et viens faire le plein d’une délicieuse dinguerie signée Ben. Cela te fera du bien, et en plus c’est cadeau.

Et plus si affinités

http://chamarande.essonne.fr/exposition-etre-libre-ben-du-11-juillet-au-11-octobre-2020/