Disquaire Day 2016 – Verveine en live : précision suisse

20160416_165714

Nous l’avions repérée dans l’imposant line up du MaMA2015, lui accordant une « Trouvaille » admirative. Disquaire Day 2016 : Verveine se drope place Sainte Marthe, bouclant une affiche composée de Keep dancing inc., Pain Noir et Balinger. Le public est au rendez-vous dans ce quartier vivant et bigarré, où les cultures se croisent, se mêlent et dialoguent.

Tandis que le disquaire Penny Lane ne désemplit pas, que les locaux du suédois Jays enchaînent les showcases, Verveine s’apprête à monter sur scène. Pâle, blonde, paupières en amande, lèvres corail … une vierge de Cranach drapée dans son sweater à capuche … la vestale prend possession du plateau avec la rigueur concentrée d’une pythie à l’heure de la prophétie … et ça ne rigole pas.

20160416_170611

Les balances sont tracées au scalpel, un peu plus de ci, moins de ça, tandis que la table qui lui sert d’autel disparaît sous les câbles, les prises électriques, les synthés, le séquenceur, le micro. 17h pétantes, le set débute. Précision suisse oblige, la musicienne en règle chaque détail comme on le ferait d’une horlogerie, car dans son univers, voix, rythmes et sons tissent la mélodie selon des motifs sophistiqués.

La moindre erreur serait fatale, dans ce paysage où chaque touche revêt une signification, la belle le sait, mais c’est en maîtresse sûre d’elle même et de ses créations qu’elle mène son attelage. Éloge du retranchement : ce genre de minette est faite pour naviguer en solitaire, indé jusqu’au bout des ongles. Ses loops, elle les frappe du pied avec l’assurance de la pro aguerrie. Pas d’éléments extérieurs pour venir dérégler cette mécanique bien huilée.

20160416_165135

Le tout se déroule en amplitude, ingrédient majeur d’une musique pensée comme une liturgie. Allez savoir pourquoi, je pense à Lisa Gerrard dans la tenue, dans le rapport recueilli au jeu. Il n’y a pas à dire, les impressions ressenties à l’écoute de l’EP demeurent intactes devant le live ; demoiselle Verveine fait fi des impératifs d’une scène minimaliste dépourvue d’éclairages, s’adaptant sans problèmes à la sono de circonstance pour restituer ses tonalités.

On lui trouve même un léger sourire de satisfaction retenue, une jouissance discrète mais communicative qui contamine doucement l’audience. Une mécanique bien huilée certes, … oubliez ici le trop facile et très gratuit jeu de mot, la tisane insipide qui endort, Verveine milite résolument et avec conviction pour l’huile essentielle sonore, énergique, régénérative.

Et plus si affinités

Pour suivre l’actualité de Verveine, consultez les liens suivants :

http://www.verveine-music.com/

www.facebook.com/verveinemusic

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.