Contes des 1001 séries : Suit up for Suits !

Bonjour à tous et à toutes, aujourd’hui laissez moi vous parler d’un petit phénomène de série. Qu’entends-je donc par phénomène ? C’est bien simple pour moi un phénomène c’est quand je regarde une série de « seconde zone » produite par une chaine du câble américain, avec un budget pas vraiment pharamineux et que je suis estomaqué à la fin de chaque épisode.

Mon dernier phénomène en date se nomme Suits. Si ce titre ne vous évoque pas grand chose en terme en série, n’ayez pas peur, c’est normal ! Cette production est le genre typique de show de grande qualité qui sans s’appuyer ni sur un incroyable budget, ni sur des acteurs de renommée internationale ou encore de grands noms de la production américaine, a réussi à séduire et passionner l’Amérique.

 

 

Le mot « Suits » désigne chez nos copains les ricains le traditionnel « costard-cravate », mais attention comme on peut l’entendre dans le premier épisode de la série, pas n’importe quel costume froissé de mauvaise qualité, non le « suits » c’est LE costume. Celui qui vous rend classe, qui vous rend puissant, celui qui donne envie de pleurer à votre adversaire, ni plus ni moins que la nouvelle armure de fer des chevaliers des temps modernes, qui portent aujourd’hui les noms d’avocats, de politiciens ou business men en général. Dans cette série juridique, le vrai combat pour le principal protagoniste ce n’est pas l’ascension dans le monde du droit mais bien le combat pour la classe et le pouvoir.

Quel est donc le topo de cette nouvelle série ? C’est très simple : un  grand avocat très ambitieux d’un gros cabinet de Manhattan, Harvey Specter, a besoin d’un partenaire. Mike Ross, un jeune homme très brillant mais sans diplôme, doté d’un talent certain et d’une mémoire photographique très précieuse, entre alors en scène et se joint à Harvey dans sa conquête de New-York. Cependant Mike se retrouve plongé dans un milieux qu’il ne connaît pas réellement et doit tout faire pour garder son secret (le fait qu’il n’a jamais passé l’examen du barreau).

Même si l’environnement de la série est le droit, ce n’est pas le point central, en effet ce qui définit le show, ce qui lui donne ce goût particulier de nouveauté et vous accrochera j’en suis sûr, c’est son charme. La série est à l’image des costumes de ses personnages : soignée, classe et surtout sans faute de goût. On y retrouve un New-York qui fait rêver, chic mais pas extravagant outre-mesure.

Enfin, le gros point positif de cette série réside dans le fait que les scénaristes ne se sont pas arrêtés à la solution de facilité quant à l’écriture du show par rapport aux deux protagonistes : le feuilleton dépasse très vite le cliché qui réside dans l’opposition et l’assimilation mutuelle des caractères des deux personnages. Autrement dit, la série ne tombe pas (trop) dans le cliché suivant : l’élève devient plus sage et moins naïf grâce à son professeur froid comme la pierre et le professeur devient plus gentil grâce à son élève qui a un cœur gros comme ça… Et franchement, trouver une série « intelligente » qui puisse combattre ce cliché, ça fait du bien !

En conclusion, « Suits » est une bonne série, très divertissante, au format novateur et qui gagne à être (re)connu, préparez-vous la saison 2 débarque en juin prochain, et votre fidèle serviteur vous annonce que ça va faire mal : Suits STYLE !

 

Et plus si affinités

http://www.usanetwork.com/series/suits/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.