Comme des garçons : « crampons nichons » aux racines du foot féminin à la française …

1969 : tandis que l’équipe de foot de Reims se casse gentiment la gueule de division en division, un journaliste un peu roublard et dragueur en diable relève le défi de créer une team féminine … et il va réussir. Ou plutôt elles, puisque ces girls vont s’imposer, choper leurs licences et participer aux grands championnats. Voici le sujet de Comme des garçons.

Ne vous attendez pas à un film d’anthologie, nous sommes plus dans le registre de la comédie familiale sympa et sans prétention, … sauf que le sujet traité, lui, en dit sur la trop lente reconnaissance des droits de la femme dans le pays des Droits de l’Homme. Alors qu’elles viennent à peine de conquérir le droit à la contraception, qu’elles vont entamer le dur combat pour avoir accès à l’avortement, les Françaises ne sont même pas interdites de stade : on n’envisage tout simplement pas qu’elles puissent y mettre les pieds.

Le foot est un sport de mecs, pour accéder au terrain ces dames, en tout cas celles qui osent, doivent demander une autorisation écrite à leur époux quand elles sont mariées, à leur père ou leur frangin si elles sont encore dans le giron familial. Aberrant ? A l’époque pour travailler, avoir un compte en banque, la femme dépend du bon vouloir de Monsieur. Par contre elle est responsable des dettes qu’il peut accumuler. Une honte ! Sans vraiment monter en première ligne des renvedications féministes du moment, les joueuses recrutées vont entrer dans l’Histoire et faire souche.

Car le sujet traité par Julien Hallard s’appuie sur une véritable aventure, et relate les obstacles que ces donzelles ont du franchir pour s’imposer et poser les fondations d’un foot féminin français aujourd’hui en plein essor. Par ailleurs, issues de milieux modestes, elles introduisent la problématique de l’égalité des droits dans leur univers … et prouvent que les femmes aussi peuvent s’illustrer dans un sport prétendûment viril sans en trahir l’essence. Passons sur la bluette que vivent le journaliste et la footballeuse pour garder en mémoire les avanies et les insultes subies, notamment le passage où on leur conseille de pratiquer … la natation synchronisée.

Sorti fin avril 2018 en amont du Mondial, Comme des garçons est à placer dans le sillage de récits comme The Battle of sexes, qui rappellent combien les femmes ont peiné pour s’imposer à part égale avec les hommes dans le milieu sportif. Salaire, droit à la licence, tout simplement le fait d’être reconnues comme sérieuses et professionnelles, nos mères et grand-mères ont dû se battre pour pouvoir simplement enfiler des crampons. Ce genre de films permet de ne pas l’oublier et c’est déjà beaucoup.

Et plus si affinités

http://www.marsfilms.com/film/comme_des_garcons/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.