Brunch au Beaumarchais : moment de détente en milieu historique prolixe

10612574_1484577421828025_2079114390481992486_n

Dimanche 1er Mars, fin de matinée, premier soleil, première chaleur de la saison, … tandis que Paris s’anime de cet air printanier, nous poussons la porte du Beaumarchais pour y vivre l’instant « Brunch ». Et nous en sommes visiblement pas les seuls, l’endroit est bondé, la terrasse investie par des couples, des familles, des amis, venus se poser là pour profiter d’une matinée de weekend agréable et conviviale.

1514457_1540839012868532_7156312590212162705_n

C’est que le restaurant dirigé par Cédric et Alexandre s’y prête, aménagé sur plusieurs niveaux autour des points névralgiques que sont l’îlot-bar ou la mezzanine, respectant ainsi l’origine du bâtiment inscrit aux monuments historiques. D’abord Hôtel de Sagonne construit par Mansart, premier architecte de Louis XIV, il deviendra la propriété de la belle précieuse et courtisane Ninon de Lenclos. Les salles du restaurant occupent aujourd’hui les anciens garages à calèche.

10917441_1540838366201930_8194860811025581635_n

L’enjeu fut donc avant tout architectural, afin de conserver le cachet de la construction tout en l’adaptant aux besoins d’aujourd’hui. Le pari est réussi avec des volumes pratiques, un éclairage simple et intimiste, des audaces stylistes comme en recèle le salon de Ninon sert de jaune et de bleu dans des boiseries Grand Siècle. Restait à investir le complexe d’une cuisine revisitant l’esprit Bistrot, ce qui fut effectué sous la houlette du jeune chef Yann Devarieux, initié par Jean-­Luc Lefrançois à l’hôtel Astor, puis par Mr Manuel Martinez au Relais Louis XIII.

20150308_115958

A ce titre le brunch constitue un exercice de style délicat, qui doit conjuguer prodigalité des mets, saveur des préparations, variété des choix et simplicité de la présentation. Yann Devarieux solutionne l’équation avec une formule qui conviendra à chacun  :

  • un buffet de viennoiseries où les traditionalistes trouveront beurre et confiture pour tartiner à foison tout en sirotant café, thé et orangeade ou jus d’agrume ;
  • une part de quiche ou des œufs brouillés au foie gras complètent cette entrée en matière d’une touche salée ;
  • suit un plat de viande ou de poisson, ou un burger selon l’envie, assortis de salade et de pommes sautées ;
  • crêpes, tarte sucrée, salade de fruit et/ou mousse au chocolat concluent cette parenthèse culinaire.

11040489_10153111643168917_627040837_o

Petits appétits et grosses fringales trouveront ici leur bonheur dominical, qui pour 25 euros apprécieront un repas copieux et agréable. Ils pourront par ailleurs amener leurs chères petites têtes blondes auxquelles une formule Dauphin à 10 euros est dédiée. Juste un conseil : réservez, l’endroit est couru et il serait dommage de ne pas profiter d’une terrasse inondée de soleil.

20150308_121854

Merci à Benjamin Getenet pour son palais et son avis de gastornome.

Et plus si affinités

http://www.lebeaumarchais.com/