Benjamin Katz : regard d’amour sur les artistes

Benjamin Katz - Gerhard Richter dans son atelier en train de réaliser „Die Kerze “ (La bougie) , Cologne, 1983 40,4 x 30,5 cm © AD AGP, Paris 2016
Benjamin Katz – Gerhard Richter dans son atelier en train de réaliser « Die Kerze “ (La bougie), Cologne, 1983 40,4 x 30,5 cm © AD AGP, Paris 2016

Belge d’origine, allemand d’adoption, Katz vit depuis 77 ans dans la Nation des Arts. Son œil de photographe, il l’a mis au service de l’art contemporain et de ses représentations. Toute sa carrière il l’a consacrée à approcher les créateurs pour les immortaliser sur la pellicule.

Sigmar Polke, Eugene Leroy, Dennis Hopper, Andy Warhols, Georg Baselitz, André Kertesz, Keith Haring … tant d’autres encore : patiemment, il les saisit posant sérieusement au milieu de leurs œuvres, en pleine action dans leurs ateliers, faisant les clowns dans les expositions, dans la sincérité de leurs existences … Ses clichés sont le fruit d’une confiance élaborée petit à petit, d’une réputation de simplicité, de spontanéité. D’une communauté de valeurs également car Katz partage avec ses modèles ce désir de beauté, d’esthétique, la volonté de réfléchir le monde dans ses vérités et ses problématiques.

Denis Hopper devant une peinture de Roy Lichtenstein « M-maybe » (1965), Musée Ludwig, Cologne, 28.03.1992 17, 6 x 12,5 cm ©AD AGP, Paris 2016
Denis Hopper devant une peinture de Roy
Lichtenstein « M-maybe » (1965), Musée Ludwig, Cologne, 28.03.1992 17, 6 x 12,5 cm ©AD AGP, Paris 2016

Le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris rend hommage à ce formidable et discret parcours, au travers d’une exposition composée de 70 images sélectionnées parmi les 200 œuvres de la collection. Commissionnée par Emmanuelle de l’Ecotais, cette rétrospective donne à voir la relation toute particulière qu’entretient le photographe et ceux qu’ils croisent dans le quotidien de leur gestation esthétique. Une manière de démythifier l’art contemporain et l’univers de la création en général, tout en certifiant ses lettres de noblesse ?

Peut-être simplement une pulsion passionnée devenue action consciente et répétée, comme un besoin vital, un élan d’amour répété pour ce qui constitue l’essence de l’humanité à savoir sa force d’imagination, sa capacité à métamorphoser, sublimer, cauchemarder le réel pour voir en deçà et au delà.

Et plus si affinités

http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/exposition-benjamin-katz

Enregistrer

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.