Le Baroque des Lumières : réveiller les chefs d’œuvre oubliés des églises parisiennes

A l’origine, le baroque s’avère plutôt une euphorie latine, italienne ou espagnole, dont les excès artistiques, si l’on en croit Dominique Fernandez, spécialiste du genre, peinèrent à s’enraciner dans une France classique par économie. L’exposition Le Baroque des Lumières – Chefs d’œuvre des églises parisiennes relance le débat, en exhibant les nombreuses peintures de maîtres commandées par les congrégations de la capitale, à l’heure du triomphe de la philosophie.

Il faut croire que rationalisme et foi n’étaient pas incompatibles, si l’on en juge à l’aune des pièces présentées, en majorité de grandes surfaces promises à illuminées les églises de leur charge sacrale. Histoire de Jésus, vie des apôtres, gestes des saints promus par la Contre Réforme, … nous voici loin des fêtes galantes et des portraits alors en vogue, même si le style s’y retrouve, dans les drapés, le mouvement, les symboles …

Ici les tableaux gigantesques faits pour éblouir le fidèle jouxte avec les petites toiles propres à la dévotion intime. Le travail de restauration des œuvres ranime couleurs et volumes, met en exergue toute une génération d’artistes propulsés par un marché très actif, chaque paroisse se devant de concurrencer les autres par l’opulence de ses chapelles. Larguillière, Restout, Drouais, van Loo, Vien, Hallé, David également prennent leur essor par ce biais.

Comme à son habitude le Petit Palais mise sur une scénographie majestueuse pour embellir ces trésors ignorés, venus des quatre coins du pays où la Révolution les avait éparpillés. Véronique Dollfus les situe dans le cadre d’une église de l’époque, pour en restituer toute la majesté. La mise en espace est heureuse qui évoque les codes de lecture des visiteurs d’alors, leur manière d’appréhender ces œuvres sacrées, faites pour enseigner et méditer.

Et plus si affinités

http://www.petitpalais.paris.fr/expositions/le-baroque-des-lumieres

Enregistrer

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.