Arts numériques : d’Art Act à Oudéis, parcours d’un binôme atypique et engagé

Il y a peu, nous chroniquions Silence vert et La Ferme à spiruline, pour mémoire une expo nous précipitant dans un monde post apocalyptique où le détournement des jeux vidéos devenait la seule source de survie, et une instal rattachant production d’une algue nutritive et gameplay.

Derrière cette démarche, ces deux loulous :

D’emblée Sandra et Gaspard Bébié-Valérian annoncent la couleur : détournement, provocation, action artistique et politique, do it yourself, humour mordant, sens de l’autodérision. C’est que depuis leur rencontre aux Beaux Arts, ces deux là portent un regard critique sur une société de consommation numérique qui dévore tout y compris nos modes de créations, nos loisirs, notre imaginaire.

D’où l’envie d’analyser le phénomène de cyberconquête de notre réalité et de mettre un coup de pied dans la fourmilière. En confrontant le détachement dérisoire des uns avec la violence quotidienne des autres. En explorant le champ des arts numériques, électroniques et médiatiques. Autodidactes et recycleurs, autonomes dans leurs productions, déroutant les objets de leur fonction première déterminée par les fabricants pour mieux dire que notre vie est à nous, que nous devons nous libérer des ces limites et réinventer les usages.

Nullement enfermés dans le numérique puisque capables de passer de l’affichage à la publication au jeu vidéo. Des touche à tout qui ont progressivement assumé leur statut de duo pour mieux interroger le quotidien dans une perspective citoyenne. Ainsi avec I ran, install saisissante où le détournement du jeu Singstar de Playstation 2 amène à superposer les images des émeutes iraniennes de 2009 avec les textes idéalistes de Michael Jackson mort juste au même moment.

http://www.art-act.fr/?p=138

Les tweets iraniens qui nous informaient de l’étendue de la révolte et de l’horreur de la répression ont été noyés par les lamentations interplanétaires saluant le décès de la star. En superposant les deux courants de commentaires, le binôme déclenche une prise de conscience épouvantable de la vacuité, non de nos modes de communication, mais des infos que nous y valorisons.

Et toutes les instals, toutes les réalisations du duo vont dans ce sens, qu’il s’agisse d’agir sous pavillon Art Act ou en tant qu’Oudeis, deux de leurs multiples émanations d’artkivistes. Emanations volontairement ancrées dans les Cévennes, terre de résistance depuis des années et dont l’esprit convient parfaitement à nos contestataires épris de liberté, de qualité de vie, … et désireux de profiter de ce repli pour explorer les limites fallacieuses et démonter les utopiques promesses des NTIC. Il convenait d’explorer ce phénomène et cette volonté plus à fond.

C’est Sandra qui a donc répondu à nos questions en mode résistance, par skype conf, en direct live de leur front numérique installé dans le deep south hexagonal. Sandra Bébié-Valérian: co fondatrice d’Art-Act avec Gaspard, et coordinatrice d’Oudéis, titulaire d’un master de réthorique des arts ; elle gère la théorie tandis que son partenaire se concentre plus sur la technique et la pratique.

Formation, approche du détournement, réflexion sur le gaming, les arts numériques et la cybermétamorphose de nos modes de communication, mode de création, elle revient sur 8 ans d’actions, l’élaboration et le développement du projet, ses ramifications, sa philosophie, son éthique. Ses limites également et son avenir.

A découvrir au travers d’une discussion à bâton rompu portant notamment sur la genèse de ces œuvres si particulières :

Merci à Sandra pour ces réponses.

Et plus si affinités

Exposition / Silence vert : jouer – créer – survivre
A l’avant-garde : La ferme à spiruline – Art-Act
http://www.art-act.fr
http://www.oudeis.fr/silence-vert-exposition/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.