Album : Musiquarium – Redoo

a2601104632_10

Depuis le temps que je vous serine avec Rennes terre du rock, gnagnagna, il serait temps de changer de crèmerie. On va donc se tourner durant cette chronique vers nos amis du Nord Pas de Calais et prendre la mesure de leurs talents multiples (ce n’est pas la première fois que nous les mettons en exergue mais quand même …) avec cet album un peu particulier car relevant autant du challenge que de l’hommage.

En effet Redoo se présente comme une reprise assumée de l’emblématique Doolittle des Pixies. Un incontournable donc pour tout rocker qui se respecte, mieux l’oriflamme musical d’une génération qui se prend les riffs dévastateurs du combo de Franck Black en pleine tronche pour le meilleur, le meilleur et encore le meilleur. L’album comme ses petits frères de la discographie hystérique du groupe américain a marqué les 90’s et tous les quadras alternatifs, dont je suis, l’ont écouté en boucle … et continuent à le faire quasi religieusement, car c’est une galette qui n’a rien perdu de sa saveur.

Du coup nos héritiers ont aussi collé le nez dedans, pour y puiser la vocation, l’inspiration et le style, avec toujours un net sentiment de reconnaissance. Cette gratitude sert de ressort à Redoo, ainsi qu’une volonté de s’emparer du patrimoine pour lui filer un bon coup de fouet. 18 groupes de la scène lilloise se sont donc donnés rendez-vous pour piocher au hasard un des morceaux du LP initial et l’interpréter à sa sauce, ou le remixer. Pas de diktat, liberté totale, chacun s’est démerdé pour enregistrer selon ses possibilités. Le résultat est à la fois surprenant, osé, résolument rock et totalement barjo, adoubé du reste par les principaux intéressés, Franck Black en tête.


C’est que les artistes impliqués ont tous une identité forte, une patte, une esthétique qui s’affirment très nettement dans la relecture de ces tracks fameuses. Jugez du peu : Le Duc Factory, Green Vaughan, Shiko Shiko, Château brutal, The Hanged Man and The Moon, Marvin hood, Fat Supper, Peru Peru, Roken is dodelijk, Ed Wood Jr, Bison bisou, We are enfant terrible, Cercueil, Bobik ou Sacha, Pan Aurora, Hubresearch, Marklion, Lepolair. Tout ce sang neuf, bouillonnant, electro, rock, punk, folk, vient irriguer la fougue originelle des Pixies, pour en démultiplier l’effet et la vigueur. Chacun y trouvera son bonheur en fonction de ses affinités, y découvrira d’autres horizons, accrochera sur une interprétation ou l’autre, la mise en valeur des thèmes initiaux, sans abandonner les autres car toutes ont un sacré caractère.

Franchement on adore, d’autant plus que cet exercice de style est téléchargeable gratuitement. Beau cadeau pour les Fêtes de fin d’année, et l’occasion de revisiter Doolittle, de le réécouter à la lumière de Redoo, tout en mesurant la portée de cette scène lilloise ô combien riche et imaginative.

Et plus si affinités
http://www.redoo.fr/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.