Album : Darkstar – Foam Island – Warp – 2015

Darkstar_Foam_Island_Album_Cover_Art

C’était l’une des sensations des boutiques branchées des métropoles, il y a moins d’une décennie. Proposer au citadin ou au touriste de passage un disque « city-guide » : ambiances diverses, musiciens locaux,…Le tout formait un produit souvent superficiel, parfois amusant, mais avec un net déficit de personnalité. Aujourd’hui, Darkstar, redevenu duo pour son troisième album, reprend, pourrait-on dire, la formule à son compte. Mais la comparaison ne va pas faire long feu. Car la ville en question n’a absolument rien d’une capitale glamour. Huddersfield est situé au nord de l’Angleterre, dans le West Yorkshire, région que connaissent bien les musiciens natifs James Young et Aiden Whalley.

Leurs objectifs : faire ressortir sur disque la différence, voire le fossé, entre Londres et le reste du Royaume-Uni. Dresser un portrait de la jeunesse du pays aux prises avec le parti conservateur de David Cameron. Ils ont ainsi rencontré plusieurs anonymes dans la rue, discuté avec eux, et retenu leurs humeurs, expressions ou états d’âme pour les inclure sur Foam Island. Accompagné, pour les premiers acheteurs du disque, d’un somptueux portfolio des protagonistes, le projet de Darkstar a tout d’un véritable documentaire audio-visuel on ne peut plus contemporain, dont raffolent les gérants du label Warp, lui aussi né dans le nord (Sheffield) et installé désormais à Londres.

11217539_1043902205650578_1148834321656688198_n

Mais venons-en à la musique, car c’est elle qui prend le dessus sur Foam Island, avec cette volonté d’universalité qui dépasse le dessein anlo-anglais. Où l’on entend Darkstar achever sa mue de créature dubstep pour un son carrément électro-pop. Une mixtape toujours disponible, offerte gracieusement par le groupe au printemps dernier, « Kirklees Arcadia » (nommant ouvertement le district où se situe Huddersfield) annonçait la couleur : robotique, presque martiale, où le chant trouvait sa place avec ou sans vocoder. Et ce nouvel album tient les promesses d’une production méticuleuse : pleine de détails estampillés electronica, de rythmiques sautillantes qui accompagnent la voix de Aiden Whalley et qui sont donc rejointes par ces témoignages audios évoqués plus haut, ou des annonces de lieux ou transports publics. L’ensemble ne manque pas de charisme et redéfini l’idée d’une pop de proximité digne de The Human League ou Pulp mais avec un ambitieux souci de fraîcheur instrumentale.

A l’instar de la vidéo du premier extrait « Pin Secure », voici un album qui peut frôler l’anodin, mais qui distille son poison. Situationniste mais jamais sentencieux, avant-gardiste mais accrocheur, Foam Island est assurément une bonne surprise.
Et plus si affinités
http://www.darkstar.ws/
http://warp.net/artists/darkstar/
http://warp.net/news/darkstar-new-album-foam-island-out-now/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.