Acide : Jonathan Blot ou la pâtisserie comme du street art ?

P1390416
Présentation de la boutique Acide rue du Bac à Paris

Sur mur blanc un graffiti multicolore déroule ses volutes, reprises comme en écho par les sinueuses rangées de macarons alignés dans les vitrines. Soyez les bienvenus dans l’univers de Jonathan Blot, qui pense sa pâtisserie comme du street art. Acide : ainsi est baptisé ce monde de saveurs flashy et ludiques, cocasses et pétillantes. Influencé par une enfance passée entre les œuvres d’art moderne que collecte son passionné de père et une grand-mère férue de cuisine orientale, Jonathan y prend le virus du rythme, de la forme et des mélanges.

P1390415
Jonathan Blot durant la présentation de la collection Hiver 2014

La mixologie devient le pilier de son action culinaire, dont il intègre les arcanes dans les cuisines du Plaza auprès de Ducasse, puis au Jules Vernes sous la direction éclairée du chef pâtissier Philippe Rolando, enfin au Terrass’Hôtel de la butte Montmartre. Il est alors temps de prendre son envol en duo avec sa tendre compagne Renata à ses côtés. Elle organise tandis que lui conçoit. En musique et en dansant. Acide Macaron voit le jour en 2009 : fluo déjà, sucré modulé également. En 2013 c’est Acide le restaurant à desserts qui ouvre pour bouleverser les codes du tea time.

P1390413
La collection de desserts pour l »hiver 2014

La pâtisserie rue du Bac vient compléter l’ensemble en proposant toute une ligne de gâteaux qui détourne les classiques du genre avec imagination et à propos. C’est ainsi que le donut se retouve garni d’un crémeux au pop corn, tandis que le Saint Honoré se colore de mangue et d’ananas sur un biscuit coco, la blancheur immaculée du cheesecake se rehausse de cassis, la meringue de la tarte au citron se strie de jus de yuzu sauvage. Même la bûche de Noël pensée spécialement pour l’édition 2014 croustille de riz japonais torréfié intégré à la pate, ajoutant un croquant inattendu et délectable à l’exercice de style pigmenté de couleurs éclatantes.

Une bûche graffiti en quelque sorte dont chaque tronçon diffère du précédent. Idem pour les saveurs puisque Jonathan Blot confesse volontiers travailler à main levée et se fier à son palais sans se contraindre au rituel du pesage. Légers et capiteux à la fois, ses gâteaux démultiplient les impressions pour surprendre volontairement les gourmands enchantés de l’aventure. On apprécie hautement ce désir d’expérimentation qui réintroduit de la spontanéité et de la fantaisie dans l’univers souvent trop conventionnel et cadré de la gastronomie.

 

Et plus si affinités

http://acidemacaron.com/jonathan-blot/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.