A l’avant-garde : Urs Fischer – Untitled 2011

« Je me suis liquéfié » : ou comment exprimer en quatre mots, la surprise, la déconvenue, l’amertume, la peur aussi.

Toutes ces impressions négatives dont nous sommes pétris comme la cire qu’Urs Fischer modèle à notre image. Le zurichois sculpte des corps habillés, en attitude de réflexion, … puis il les laisse fondre.

Fragilisée, la structure se dissout, le corps s’effondre au gré des accidents de la matière. Nous découvrons ces décompositions pendant la Nuit Blanche dans l’enceinte de l’École nationale supérieure des beaux-arts.

Dans la pénombre transpercée de bougies allumées, au milieu des autres statues, l’effet est saisissant. L’atmosphère peu amène, le message lourd de sens.

 

Et plus si affinités

http://www.ursfischer.com/images

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.