A l’avant-garde : Mélanie Body – Cellulaires

Changeons notre fusil d’épaule, cette semaine l’avant-garde artchemisienne sera féminine et dessinée.

Mélanie Body : une femme donc, créative née qui s’épanouit dans la peinture et le dessin, plasticienne, passant des couleurs franches et de la brillance au noir/gris/blanc des mondes sans vie, qui porte un regard faussement naïf sur les déchirements de la société.

Au cœur de l’affectif, Le$ dinosaure$, Douce France, le Cri, … la belle privilégie l’ironie sucrée salée des ingénues prêtes à vous poignarder d’un sourire et d’une parole d’enfant alors qu’elles crayonnent leur perception éclairée à la pointe de leur crayon fatal.

Personnes aux yeux hachurés, scarifiés par une existence peu amène, sourires idiots du consumérisme béat, caricatures de nos élans humains englués de modernité trompeuse. On oscille entre bande dessinée, surréalisme, collage, fresque, art brut, grafiti.

Ainsi « Cellulaires », titre clin d’œil qui multiplie Le Cri de Munch en autant de figures anonymes et figées dans la grisaille bleutée et morne d’échanges factices. Un tracé simple, des bouches et des yeux fermés par les sutures de nos vides. Le bonheur qui nous échappe.

Juste perception, triste prophétie et singulière mise en garde.

Et plus si affinités

http://www.vitamineb.com/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.