A l’avant-garde : Julia Lillard

Quinquagénaire, autodidacte, adepte du collage éclectique : l’américaine Julia Lillard accroche la pupille avec ses œuvres débridées, brutales et colorées comme un long cri de révolte.

En scrutant ses femmes écorchées, visages comme des fleurs vulves, œil pleurant comme une cascade, romantiques et béatement prostrées dans leurs apprêts, on évoque les jolies princesses mutilées de Jessica Harrison, si heureuses de souffrir.

Sauf qu’ici, le plaisir du déchirement n’est qu’une façade, si on fait bonne figure, c’est qu’on sert les dents en dedans, ou qu’on est carrément en train de divaguer dans les effluves de l’inspiration ou des drogues.

Surréaliste en diable, l’univers de Julia Lillard évoque les distorsion de Dali, les composition de Man Ray ou les collages subversifs punk, quand il ne s’agit pas d’un mix des trois. On ne sait à quoi s’attendre avec elle, chaque œuvre se développant d’elle-même.

On notera néanmoins la récurrence de la transparence des corps, la présence du double, le questionnement intérieur constant, un goût prononcé pour le grotesque, ce choix assumé de transformer les belles figures du passé en freaks éternels.

Et plus si affinités

https://www.facebook.com/jlillardart

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.