A l’avant-garde : Christophe Lambert – Saints Suaires

Ce sont des surfaces blanches, pures, immaculées qu’il orne de ses dessins. Un trait fin qui évoque les gravures de la Renaissance, ses thèmes fétiches également. Les Vanités de ce monde, beauté, sensualité, volupté, entrelacées de signes kabbalistiques, de symboles alchimiques. Une précision redoutable, incisive dans le tracé, le lyrisme, la poésie à l’œuvre dans le choix du sujet, du titre, en lien avec une musicalité torturée.

Christophe Lambert a ainsi décliné plusieurs figures enchevêtrées, sur des robes, des gants, tatouées au feutre et intitulées Les Saints Suaires. Un nom chargé de signification, mystique et magique à la fois, portant les mystères de la foi ? Ainsi La jeune fille et la mort, inspirée de Schubert, qui gante la main au plus près comme une seconde peau.

Explication :

Et plus si affinités

http://www.christophelambert.eu/index.html