A l’avant-garde : Akiza – Red Sky Doll 2010

Et pourtant, de rouge, pas une goutte sur cette poupée effarée échappée d’un manga futuriste. Pas une goutte au dessus, mais une rivière en dedans qu’on devine palpitante, remuante et diffuse, au gré des pulsations d’un muscle cardiaque bien fragile et irrégulier pour une aussi jolie créature.

Fragilité des lignes, vigueur du trait, Akiza crayonne sa poupée céleste d’une main sûre, déployant les volutes de ses tresses tentaculaires dans les méandres des villes, la soulevant des planes sérigraphies pour la projeter dans la tridimentionalité des accidents urbains, murs rapeux, panneaux de signalisation, …

Une conquête, une annexion, … une colonisation. Accompagnées de ses sœurs aux pupilles vulvaires dilatées, la froide demoiselle fait des émules. Et son créateur d’en assurer la lente prolifération en parachutant ses aventures dans un QG niché sur les pentes de Montmartre, la galerie AKIZA, où les expos se succèdent qui enrichissent l’univers de sa blanche marionnette.

Dernier opus en date Zombi gâteau qui réconcilie les sucreries de l’enfance et les déboires décomposés des goules en manque de matière cérébrale. De nouveaux compagnons de jeu pour la Red Sky Doll et une plongée des plus intéressantes dans la dark culture.

Et plus si affinités

http://www.akiza.net/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.