30 ans de Longueur d’Ondes : retour sur une soirée d’anniversaire … et un succès musical !

Oui, on peut le dire : un petit plébiscite puisque la soirée en question a affiché complet pour ne pas dire overbooké. Une billetterie Digitick qui a explosé, la queue dehors, le Pan Piper envahi, toute l’équipe mobilisée sillonnant les deux salles saturées et les coulisses, un mal fou à se glisser dans la foule pour assister aux concerts.

Ce fut un succès de par la fréquentation … et l’ambiance. Une atmosphère familiale où je croise pas mal de têtes connues, amis, relations pros, mêlés à des lecteurs fidèles, des aficionados, … ou des curieux en mal de bonne musique, attirés par le buzz créé sur les réseaux sociaux par la jeune garde de l’équipe venue secouer la toile à coup de photos, de statuts Facebook et de tweets enflammés.

Il faut croire que ça marche car ça ne désemplit pas, et les spectateurs viennent assister aux lives, duos, interviews sans même savoir l’ordre du line up. Juste parce qu’ils font confiance : en 3 décennies, Serge Beyer et sa team ont conquis leurs galons de pros, connaisseurs, passionnés, tout à fait à même de monter un event de qualité, vraiment porteur de talents, jeunes ou confirmés, rafraîchissant, où la proximité, la simplicité et la bonne humeur sont de mise.

Une réunion de famille en quelque sorte, où artistes et public vont à la rencontre les uns des autres. Sans stress, sans prise de tête, pas de caprice, pas d’hystérie, cool. On n’a qu’une vie, elle est courte, autant qu’elle soit agréable. Agréable mais intense, du moins pour les membres de la LO team qui s’affaire en mode ruche et abeilles autour d’un Serge Beyer démultiplié.

Et tandis que je regarde Askehoug, Mell, Le Larron, Karimouche et consort se chauffer en backstage, je me dis qu’il serait bien intéressant de rencontrer ceux qui sont à l’origine de ces rencontres artistiques. Aussi je n’interviewerai pas de musiciens ce soir-là, me consacrant plutôt sur les portraits de ceux qui ont fait et font encore ce beau navire qu’est Longueur d’ondes.

Première à répondre à mes questions dans le calme précédent la tempête des premières arrivées, Sophie Durade, rédactrice de la première heure et fidèle depuis 30 ans. Elle a vu naître et grandir le magazine, a suivi Serge Beyer dans les 90’s, à Bourges entre autres, chroniquant la scène alternative dont elle est spécialiste.

 

Aaaaah ! Marylène ! Photographe que j’ai rencontrée pendant le MaMA 2012, que je retrouve en coulisses à mon arrivée au Pan Piper, et qui va nous détailler ici l’importance de la photographie dans le processus éditorial de LO.

 

Et voici donc la nouvelle vague, François Desgane et Oscar Viguier. Pendant qu’Oscar sillonne la soirée en shootant l’ambiance à bout portant, François relaie les clichés sur les réseaux sociaux, créant le buzz en bombardant les portraits réalisés dans le hall, ces fameuses couvertures de LO 30 ans signées du jeune photographe Clément Halborn, où chaque participant peut poser.

Cette soirée, c’est aussi une exposition revenant sur trente ans de photos. Toutes n’ont pu être exploitées. C’est Roch Armando qui a eu la charge de trier/sélectionner les portraits composant cette expo. Explications :

 

Voilà ! Six portraits sonores, six réalités, six perceptions, six mémoires d’une même aventure artistique et médiatique. Nous n’avons pas pu interroger tout le monde, par manque de temps, parce que c’était le rush, parce que c’est bien aussi de garder une part de mystère.

Néanmoins un énorme merci à ceux qui nous ont répondu, pour leur temps, leurs explications. Histoire qu’on en sache un peu plus sur le dessous des cartes.

 

Merci à Serge Beyer et toute sa team pour leur accueil, leur confiance et leur travail.

Couvertures : Clément Halborn

 

Et plus si affinités

http://www.longueurdondes.com/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.